Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Santé mentale et maladies chroniques

Actualités santé

Santé mentale et maladies chroniques

[ Publié le 16 mars 2016 ]

psychologie

Interview de Paolo Antonelli, psychologue à l’hôpital : « En cas de problèmes psychologiques liés à une maladie chronique, essayez d’associer les confidences à un proche et une écoute par un professionnel. »

Quels liens existe-t-il entre les problèmes psychologiques et les maladies chroniques ?

Paolo Antonelli  - 

Les maladies chroniques sont nombreuses et diversifiées. Elles peuvent avoir des caractéristiques communes entre elles ou des différences très importantes. Si aucune étude n’a jamais démontré qu’un profil ou un problème psychologique particulier serait en cause, certains professionnels estiment qu’une fragilisation psychologique pourrait entraîner une maladie chronique. Quand la maladie est déclenchée, elle peut aussi provoquer des désordres psychologiques. Il pourrait donc y avoir influence réciproque. Dans les douleurs chroniques comme la migraine ou le mal de dos, par exemple, il est souvent difficile de déterminer une origine physique et d’exclure un facteur psychologique. Le stress, la dépression ou l’anxiété peuvent jouer.

 

Vous êtes psychologue. Quand les personnes atteintes de maladies chroniques viennent vous voir, de quels problèmes vous parlent-elles ?

Paolo Antonelli  - 

J’ai travaillé avec des patients atteints de différentes maladies comme le diabète, le cancer ou les maladies cardio-vasculaires. Depuis quelques années, je vois surtout des patients atteints du VIH Sida. Globalement, une personne confrontée à une maladie chronique rencontre souvent des difficultés : personnelles, relationnelles, sociales, troubles dépressifs ou anxieux…Il est important qu’elle puisse parler à un psychologue. Très particulier, le moment du diagnostic correspond souvent à un total bouleversement dans sa vie. Un véritable tsunami. Il faut qu’elle puisse s’exprimer à ce sujet.

 

En dehors du psychologue, quelles autres personnes ou organismes peuvent aider les personnes atteintes de maladies chroniques à garder le moral ou à le retrouver ?

Paolo Antonelli  - 

En cas de dépression, d’anxiété ou de problèmes de sommeil, il est préférable d’avoir un avis psychiatrique avec, éventuellement, une prescription médicamenteuse. D’une façon moins spécialisée, le corps médical dans son ensemble, notamment les infirmières, peuvent apporter un lien précieux. Il faut aussi penser à d’autres professionnels de l’écoute comme les assistantes sociales, etc. Il existe aussi des associations de patients. Quand cela me paraît adapté, j’incite les malades à les contacter, via leur site web ou à leur permanence de l’hôpital. Elles sont généralement très actives : information, aide, groupes de paroles…Elles oeuvrent souvent dans le sens de ce que l’on appelle « empowerment », c’est-à-dire parvenir à avoir une certaine maîtrise de sa maladie et de ses conséquences personnelles et sociales. Enfin, il y a les amis, la famille…Il n’est pas toujours facile de dialoguer avec celle-ci. C’est pourquoi se tourner vers une écoute professionnelle peut aider le patient à décider à qui, quand et comment il pourra par ailleurs parler de sa maladie.

 

Propos recueillis par Nadine Allain

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus

 

ECHANGER