Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Philippe Perrin : « Méfions-nous de l'hyperhygiénisme vers lequel nous pousse le marketing des fabricants de produits d'entretien »

Actualités santé

Philippe Perrin : « Méfions-nous de l'hyperhygiénisme vers lequel nous pousse le marketing des fabricants de produits d'entretien »

[ Publié le 2 juin 2015 ]

chat-maison-saine-visuel

Fumée de tabac,Fumée de tabac, émanations de produits chimiques…nos maisons recèlent toutes sortes de pollutions. Pour s’en débarrasser, des conseils simples suffisent souvent : aérer suffisamment les habitations, revenir à des produits traditionnels sans impact environnemental… découvrez les conseils de Philippe Perrrin, eco-infirmier.

Comment savoir si sa maison est polluée et que faire dans ce cas ?

Philippe Perrin  - 

Fumée de tabac, émanations de produits chimiques…nos maisons recèlent toutes sortes de pollutions qui finissent par être plus importantes que celles du dehors. Ce n’est pas facile de s’en apercevoir seul sans recourir à des spécialistes. Un particulier peut faire appel à un laboratoire, comme Quad Lab, qui lui adressera un kit de mesure de la qualité de l’air à lui retourner par la poste. Ce matériel permet d’évaluer notamment la présence de COV (composés organiques volatils) et d’autres composants comme les aldéhydes. Certains polluants radioactifs comme le radon sont mesurés avec d’autres types d'appareils. Dans le cas d’un enfant allergique aux acariens et/ou asthmatique ou d’un autre membre de la famille sensible, le médecin peut proposer la visite d’un conseiller en environnement intérieur qui recherchera les allergènes respiratoires (moisissures, acariens…). Mais, comme ils sont peu nombreux en France, les médecins ne connaissent pas toujours l’existence de ces conseillers.

Pour se débarrasser de ces pollutions, il faut aérer suffisamment les habitations. Particulièrement, les pièces où l’on séjourne beaucoup, comme les chambres d’enfants. Pour nettoyer, il est préférable de revenir à des produits traditionnels sans impact environnemental, comme le vinaigre blanc, le bicarbonate de soude ou le savon noir…

 

Quelles peuvent être les sources de cette pollution ?

Philippe Perrin  - 

Les sources de pollution de la maison sont très variées. Ainsi, il faut éviter les sources de combustion : chauffage au bois avec un foyer ouvert, au gaz, encens, bougies et, bien sûr, fumée du tabac. Toutes dégagent des composants problématiques comme le formaldéhyde, le plus préoccupant, et le benzène. Elles émettent aussi des particules fines cancérigènes impliquées dans les cancers pulmonaires, les maladies cardiovasculaires, l’autisme et le diabète.

De nombreux produits chimiques utilisés dans la maison, même bouchés car ils sont très volatils, sont polluants et ne doivent pas être stockés dans les pièces à vivre, ni surtout dans une chambre d’enfant. Par exemple, les produits de bricolage, comme le white spirit qui émet du benzène, les acides, les produits pétroliers…Mais aussi les produits ménagers (sprays, aérosols, même les cocktails d’huiles essentielles à vaporiser vendus en pharmacie). Sans oublier les pesticides (anti-moustiques) et les produits pour plantes. Il est préférable d’éviter tous ces produits très polluants ou, à défaut, bien aérer après usage.

 

Quels sont les principaux risques pour la santé ?

Philippe Perrin  - 

On utilise de plus en plus de produits chimiques dans notre environnement domestique et leur influence sur notre santé est très néfaste. Ils seraient à l’origine de nombreuses maladies. Maladies respiratoires, comme l’asthme et la bronchiolite chez les bébés. Cancers respiratoires et du pharynx, leucémie. Pathologies cardio-vasculaires, comme l’infarctus et l’AVC. Ils peuvent aussi avoir des conséquences sur la reproduction (malformations fœtales, accouchements prématurés) et entraîner d’autres maladies comme l’autisme et le diabète de l’adulte. Le bilan est lourd.

Certains produits désinfectants, comme la célèbre eau de Javel sont de puissants irritants des voies respiratoires risquant de favoriser les allergies. Il ne faut pas les chauffer ni les mélanger avec d’autres produits comme ceux pour déboucher les canalisations. Ce mélange dégage un gaz toxique. D’une façon générale, méfions-nous de l’hyperhygiènisme vers lequel nous pousse le marketing des fabricants de produits d’entretien. Notre organisme a besoin de microbes non pathogènes. Des études ont montré que les bébés nés par césarienne, qui n’avaient donc pas été en contact avec les microbes des muqueuses vaginales de leur mère avaient plus de risques de connaître des problèmes comme les allergies, l’asthme ou l’obésité…

 

Propos recueillis par Nadine Allain.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER