Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Dr Etienne Bidat : "La désensibilisation permet de contrôler l'origine de l'allergie"

Actualités santé

Dr Etienne Bidat : "La désensibilisation permet de contrôler l'origine de l'allergie"

[ Publié le 28 mars 2014 ]

La saison du rhume des foins a commencé. Cyprès, bouleaux, frênes, saules : les sources d’allergènes sont nombreuses. L’occasion de parler des traitements des allergies, et plus particulièrement de la désensibilisation. Le Dr Etienne Bidat, allergologue, nous parle de ce procédé.

Comment fonctionne la désensibilisation ?

Dr Etienne Bidat  - 

L’allergologue donne le produit qu’il pense être à l’origine de l’allergie à la personne qui y est sensible. La prise de l’allergène sous forme de gouttes, de comprimés ou d’injection se fait par petites doses et de façon progressive. Cela entraine une réaction immunologique complexe de l’organisme. Si bien que lorsque le sujet est de nouveau en contact avec l’allergène, il ne présente plus de réaction allergique. On ne peut toutefois pas désensibiliser à tous les allergènes présents dans notre environnement. Aujourd’hui, cette technique a fait ses preuves contre les allergies à plusieurs pollens, aux acariens, à certaines moisissures, au chat et au venin d’hyménoptères (insectes tels que les guêpes et les abeilles). La désensibilisation aux allergènes alimentaires se trouve en revanche encore au stade de la recherche, même si celle-ci a progressé de façon importante ces dernières années.

 

Quand a-t-on recours à la désensibilisation ?

Dr Etienne Bidat  - 

Lorsque la manifestation allergique est handicapante et lorsque les autres traitements n’ont pas permis d’en contrôler les symptômes. Ces autres traitements, qui sont généralement choisis en première intention par l’allergologue, appartiennent à deux grandes catégories. Premièrement, il existe des traitements de crise pour calmer ponctuellement la rhinite, la conjonctivite, l’asthme, l’eczéma… Il s’agit par exemple d’un bronchodilatateur contre les crises l’asthme. Deuxièmement, ce sont les traitements de fond, pris au long cours pour diminuer les symptômes gênants. Pour l’asthme, il peut s’agir des corticoïdes inhalés. Si ces outils ne suffisent pas et si la manifestation allergique ne disparaît pas spontanément, on peut envisager une désensibilisation. Il s’agit du seul traitement capable de contrôler la cause de l’allergie.

 

La désensibilisation est-elle efficace à 100 % ?

Dr Etienne Bidat  - 

Tout va dépendre de la part de la composante allergique de la rhinite, de l’asthme, de l’eczéma… Si la réaction allergique est due au seul pollen de bouleau, la désensibilisation fera disparaître tous les symptômes. Ce cas de figure est toutefois plutôt rare, les manifestations à caractère allergiques résultant le plus souvent de plusieurs causes : deux ou trois allergènes, mais aussi le stress et la pollution atmosphérique par exemple. La difficulté pour l’allergologue est d’évaluer avec justesse la prédominance d’un allergène, et de désensibiliser la personne à celui-ci. Si au bout de six à neuf mois, elle ne remarque aucune amélioration, la désensibilisation engagée est modifiée ou abandonnée. Si la désensibilisation est efficace il faut la poursuivre trois à cinq ans et la personne sera a priori "protégée" pour la vie.

 

Propos recueillis par Lucie Pehlivanian / © Citizen Press.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER