Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Dr Etienne Bidat : "Alimentation du jeune enfant : laissons les mères agir selon leur bon sens !"

Actualités santé

Dr Etienne Bidat : "Alimentation du jeune enfant : laissons les mères agir selon leur bon sens !"

[ Publié le 8 avril 2015 ]


Dans la presse, on a vu récemment des articles sur une nouvelle méthode pour éviter les allergies aux cacahuètes serait d’en consommer enfant. Mais, qu’en est-il réellement ?

Dr Catherine Boiteux  - 

La presse relate une étude par des chercheurs britanniques dont le Pr Gideon Lack sur plus de 600 enfants âgés de 4 à 11 mois, non porteurs d’une allergie à l’arachide mais atteints d’eczéma sévère ou d’allergie à l’œuf. On a divisé ces enfants en deux groupes. Jusqu’à l’âge de 5 ans, le premier groupe ne mangeait pas du tout d’arachides, l’autre en consommait deux paquets de 25 gr par semaine sous forme de biscuits soufflés (« Bamba », proches des « Curly »). Résultat : dans cette dernière population, pourtant à risques, la consommation d’une grande quantité d’arachides a diminué le risque de développer une allergie à cette graine dans 70 à 80% des cas. Alors que l’arachide, protéine intéressante, est très utilisée et peu coûteuse, l’allergie à l’arachide ne cesse d’augmenter dans le monde. Ainsi, aux USA, la population allergique aux arachides est passée de 0,4% en 1997 à plus de 2% en 2010 !

 

Est-ce une vraie méthode de prévention des allergies ?

Dr Catherine Boiteux  - 

Ce n’est qu’une première étude conduite sur une population bien ciblée et non une méthode de prévention applicable à tous sans encadrement médical. Elle tend à suggérer que, si l’on consomme un aliment potentiellement allergène « au bon moment » dans l’enfance on se protège en même temps. Mais on ne sait pas ce qui se passera si ces enfants arrêtent de consommer des arachides : développeront ils ou non une allergie ? Et, surtout, cela ne signifie pas qu’il convient de donner des cacahuètes entières à un jeune enfant car il risquerait de s’étouffer. Mais on peut lui donner des « Curly », éventuellement émiettés.

 

Qu’en est-il des autres allergies alimentaires ou respiratoires, est-ce qu’une exposition précoce pourrait avoir aussi un intérêt ?

Dr Catherine Boiteux  - 

En ce qui concerne les allergies alimentaires, l’étude du Pr.Lack conforte l’idée qu’il n’est pas nécessaire de pratiquer de restriction alimentaire chez un bébé de 4 à 6 mois en bonne santé. En commençant par des légumes et des fruits cuits, puis crus, il peut avoir une alimentation variée selon les habitudes familiales : œufs, céréales, poisson…, sans ordre très rigoureux à respecter dans l’introduction des aliments. Laissons agir les mères selon leur bon sens ! Pour les allergies respiratoires, c’est plus complexe. Ainsi, pour les animaux, je conseille de conserver le chat de la maison s’il était déjà là avant l’arrivée du bébé. En matière de prévention des allergies, je conseille des mesures simples et les moins contraignantes possibles. En revanche, pour les enfants déjà allergiques, aucun doute n’est possible : il faut bien sûr éviter les allergènes et recourir aux traitements médicamenteux qui sont efficaces. L’avenir est à la prise en compte de la génétique de chacun afin de déterminer un programme personnalisé de prévention et de traitement.

 


Propos recueillis par Nadine Allain

Mots-clefs : Alimentation , Allergie

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Besoin d'un relais près de chez vous ?
 

Un soutien pour votre quotidien près de chez vous ? Nos conseillers santé vous donnent les coordonnées d'associations de patients.

 

En savoir plus

ECHANGER