Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Bénédicte-Bassac Cavaillon : " Profitez de la rentrée pour instaurer de bonnes habitudes "

Actualités santé

Bénédicte-Bassac Cavaillon : " Profitez de la rentrée pour instaurer de bonnes habitudes "

[ Publié le 4 septembre 2015 ]

Il est important de le préparer mentalement en lui parlant sereinement de la rentrée... Bénédicte-Bassac Cavaillon, infirmière scolaire nous explique comment profiter de la rentrée pour instaurer de bonnes habitudes.

En cette période de rentrée, quels sont les points essentiels que les parents ne doivent pas oublier pour la santé de leur enfant ?

Bénédicte-Bassac Cavaillon  - 

Il est important de le préparer mentalement en lui parlant sereinement de la rentrée et d’instaurer de bonnes habitudes. Equilibrez bien les repas et évitez les féculents deux fois par jour, par exemple. La veille de la rentrée, proposez un dîner agréable pour alléger un peu l'ambiance…Quitte à se lever 10 minutes plus tôt, ne négligez pas le petit déjeuner ou glissez un encas dans le cartable de votre écolier pour la « récré » du matin. Un enfant a besoin de beaucoup de sommeil : 12h s’il a moins de 6 ans,10h à 13 ans. Pour le recaler, on reprendra des horaires réguliers de coucher. Des rituels apaisants comme la lecture d’une histoire pour les plus jeunes et l’extinction du portable avant de s’endormir sont recommandés. Pour éviter un surcroît d’anxiété à votre enfant, il faut s’assurer qu’il a bien les fournitures demandées et, pour préserver son dos, lui apprendre à remplir son cartable en évitant les charges inutiles. Il ne doit pas dépasser 10% de son poids. En cas de scoliose, en parler au service médical de l'école. Pour favoriser la motivation de votre écolier, il vaut mieux lui laisser choisir le sport qu'il pratiquera dans l'année et éventuellement l’orienter. Pendant le premier trimestre, restez particulièrement attentif aux réactions de votre enfant au contexte scolaire.

 

Quelles sont les " visites " à faire ?

Bénédicte-Bassac Cavaillon  - 

On peut prendre rendez-vous chez le médecin pour s’assurer que tout va bien, notamment la vision et l’audition. On en profitera pour faire les certificats médicaux demandés lors d'inscription à des activités sportives et vérifier que les vaccins sont à jour. Actuellement, seuls trois sont obligatoires (DTP pour diphtérie, tétanos, poliomyélite) et exigés par les écoles et collectivités accueillant des enfants. Les autres ne sont que recommandés. C’est le cas du vaccin hexavalent (contre six maladies diphtérie, tétanos, polio, grippe B, coqueluche et hépatite B), du ROR, rougeole, oreillon, rubéole et du vaccin contre le papillomavirus (prévention du cancer du col de l’utérus) à faire chez l'adolescente entre 11 et 14 ans. C’est très important aussi de voir le dentiste qui vérifiera qu'il n'y a ni carie ou autre anomalie. Vers 8 ans, l’enfant peut voir un orthodontiste qui s'assurera du positionnement de ses dents.

 

Quels sont leurs interlocuteurs au sein des établissements scolaires en cas de problèmes de santé d’un enfant ?

Bénédicte-Bassac Cavaillon  - 

Le responsable de l'établissement doit en être avisé, sans forcément lui préciser le diagnostic de la maladie qui sera réservé au médecin scolaire lors d’une rencontre avec l’enfant et ses parents. Une réunion pourra être prévue avec toutes les parties prenantes (chef d'établissement, médecin scolaire, infirmière et professeur principal) concernant les problèmes de l'enfant afin d’optimiser sa vie dans l'établissement. Afin d’organiser des aides adaptées, deux dispositifs formalisés par un document signé par toutes les parties prenantes sont prévus : - Le projet d'accueil individualisé, pour un enfant atteint de maladie chronique, d'allergie ou d'intolérance alimentaire, est fait à la demande de la famille et rempli par le médecin traitant de l'enfant. - Le plan d'accompagnement personnalisé est un dispositif d'accompagnement pédagogique pour des élèves connaissant des difficultés scolaires durables dues à des troubles des apprentissages constatés par un médecin.

 

 

 
Propos recueillis par Nadine Allain

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER