Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Santé visuelle : comment se protéger de la lumière bleue ?

Actualités santé

Santé visuelle : comment se protéger de la lumière bleue ?

[ Publié le 12 octobre 2017 ]

Quinze fois plus nocive pour la rétine que les autres couleurs du spectre lumineux, la lumière bleue est omniprésente dans notre environnement connecté. Les enfants figurent au premier rang des populations à risque.

lumiere-bleue

La lumière bleue est-elle dangereuse ? En tant que telle, pas le moins du monde. Toute source de lumière blanche, visible à l’œil nu, contient cette fameuse lumière bleue - ainsi que toutes les nuances de l’arc-en-ciel.

 

Au regard de notre santé, la lumière bleue joue même un rôle essentiel : elle régule notre horloge biologique interne. En fonction de ces « messages lumineux », notre corps sécrète les hormones de l’éveil, du sommeil, de l’appétit… C’est ce que l’on appelle le rythme circadien.

 

Mais il arrive que certaines sources de lumière blanche aient un spectre déséquilibré en faveur du bleu. C’est le cas de certaines ampoules à LED et, plus généralement, de la quasi-totalité des écrans (télévisions, ordinateurs, Smartphone…) de dernière génération.

 

Ce déséquilibre vise à améliorer les performances des équipements. La lumière bleue est celle qui se diffuse le plus largement. C’est pour cette raison qu’en levant les yeux, nous apercevons un ciel d’azur.

 

Le revers de la médaille est qu’à forte dose, la lumière bleue – ou plus précisément sa nuance dite « bleu violet » -  peut être nocive pour la rétine et néfaste pour ce fameux rythme circadien qu’elle est sensée réguler.

 

Limiter l’usage des écrans

A des niveaux de luminescence élevée, les cellules visuelles subissent une forme d’agression – un « stress oxydatif ». Ceci est la cause de fatigues oculaires, de vision floue, de troubles de la concentration.

 

« Plusieurs études épidémiologiques ont démontré que la lumière bleue est un facteur de risque de DMLA (1) », ajoute le professeur Serge Picaud, directeur Inserm (2) à l’Institut de la vision de Paris. Elle pourrait aussi être impliquée dans le développement de la cataracte.

 

Par ailleurs, soumise à ce rayonnement bleu violet à n’importe quelle heure, notre horloge interne perd le nord : elle délivre des hormones d’éveil alors qu’on s’apprête à se coucher !

 

Les risques sont élevés pour les personnes déjà sensibilisées par une maladie oculaire, pour les professionnels contraints de travailler devant un ordinateur, ainsi que pour les enfants de moins de 14 ans : leur cristallin filtre moins bien la lumière que celui des adultes.

 

Sachant que les Français passent en moyenne 6 heures par jour devant leurs écrans, on mesure l’étendue du problème : à l’âge de sept ans, un bambin né en 2017 y aura passé l’équivalent d’une année pleine !

 

Comment se préserver ? En attendant que les gouvernements fixent des normes plus restrictives pour les ampoules et les appareils électroniques, le bon sens commande de limiter l’usage des écrans – notamment en fin de journée, afin de ne pas perturber le processus d’endormissement.

L’usage de filtres ou de lunettes jaunes peut être recommandé même si, selon un rapport de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) de 2016, il n’existe pas de consensus scientifique sur leur efficacité.

 

Cédric Portal

(1)DMLA : dégénérescence maculaire liée à l’âge.

(2)Institut national de la santé et de la recherche médicale

Mots-clefs : Oeil , Santé travail

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER