Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Le manque de sommeil chez l'enfant

Actualités santé

Le manque de sommeil chez l'enfant

[ Publié le 4 septembre 2017 ]

Interview de la docteure Sylvie Royant Parola, psychiatre spécialiste du sommeil et présidente du réseau Morphée, consacré à la prise en charge des troubles chroniques du sommeil : « Pour bien dormir, un enfant a besoin de calme dans la journée ».

manque-sommeil-enfant

 

Quels sont les besoins de sommeil des enfants ? 

Dr Royant Parola - Ils varient selon leur âge. Pour un nourrisson, ils sont de 15 à 19 h par jour. Puis ils diminuent progressivement. Vers 3-4 ans, ils sont encore de 12h, avec des siestes qui disparaissent vers 4-5 ans. Vers 5-6 ans, un enfant devrait être couché au plus tard à 21h et ne pas traîner devant la TV, même s’il n’a pas d’école le lendemain ! A 10 ans, un enfant dort 10 h par nuit. Les adolescents ont besoin d’un peu moins de sommeil. Environ 9h.

 

 

Du point de vue de l’équilibre de l’enfant et de son sommeil, faut-il 4 ou 5 jours d’école ?

Dr Royant Parola - Ce problème compliqué mêle à la fois contraintes de rythmes biologiques, sociales et familiales. Sur le plan biologique, l’idéal est un repos régulier, sur un maximum de jours. Nous voyons en consultation des enfants vivant des rythmes ininterrompus du matin jusqu’à 18h ! Toujours sous pression, ils sont trop sollicités par toutes sortes d’activités. Notamment en raison du rythme des parents : horaires de travail à rallonge, vie privée compliquée par un divorce…Et concentrer tout le travail scolaire sur 4 jours au lieu de 5 est une aberration biologique. Enfin, si un enfant dort mal, il ne s’agit pas seulement de biologie et de rythmes, il faut examiner le problème globalement et s’interroger sur son mode de vie. Où mange-t-il ? Une cantine bruyante n’est pas une détente. La garderie lui offre-t-elle un encadrement et des activités de qualité ? Quand peut-il être tranquille, avec d’indispensables moments de calme et de rêverie ?

 

 

Quelles sont les conséquences d’un manque de sommeil chez l’enfant ?

Dr Royant Parola - La première, c’est la prise de poids, induite par une modification du métabolisme. Comme les aliments ne sont pas bien assimilés par l’organisme, l’appétit augmente. L’insuffisance du sommeil et l’irrégularité des rythmes avec une alternance de jours trop chargés et de jours « off » favorisent le diabète. Les autres conséquences sont sur l’attention et la concentration en classe. Il existe une fatigue particulière du lundi qui ne se traduit pas forcément par une somnolence mais par une hyperactivité très préjudiciable à sa scolarité et souvent gênante pour toute la classe. Le travail scolaire peut être aussi perturbé car la mémoire fonctionne moins bien. Le système immunitaire d’un enfant en manque de sommeil sera moins résistant. Il souffrira plus qu’un autre de différentes infections : rhumes, sinusites…

 

 

Comment préserver ou améliorer le sommeil de mon enfant ?

Dr Royant Parola - En ayant conscience que le sommeil est un besoin indispensable pour lui. Bien sûr, il ne faut pas être dogmatique et il ne doit pas être exclu d’importantes fêtes familiales comme un mariage sous prétexte qu’il doit dormir.
Au quotidien, les parents doivent veiller avant tout à la régularité du sommeil et au respect des besoins de leur enfant. Aujourd’hui, certaines professions imposent des rythmes qui ne sont pas naturels avec des retours à la maison très tardifs, voire du travail de nuit. Dans un couple, l’idéal est de s’organiser pour que l’un des deux au moins puisse être présent pour coucher l’enfant. Et, si nous sommes souvent fascinés par les nouveaux outils connectés (PC, tablettes, mobiles…), il est important que leur utilisation par les enfants, notamment le soir, soit strictement encadrée par les parents.

 

Propos recueills par Nadine Allain

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus