Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Gestes de premiers secours : pourquoi et comment se former ?

Actualités santé

Gestes de premiers secours : pourquoi et comment se former ?

[ Publié le 14 septembre 2017 ]

Brûlures, saignements, accidents domestiques, arrêt cardiaque… Nous pouvons tous un jour nous retrouver en situation de gérer une situation d’urgence. Maîtriser les gestes de premiers secours est donc fondamental pour bien réagir, voire sauver une vie.

gestes-premiers-secours

Le citoyen est le premier maillon de la chaîne de secours : 8 fois sur 10, l’accident survient dans l’espace familial et amical. Une fois prévenus, les sapeurs-pompiers (18) peuvent intervenir dans les 7-8 minutes qui suivent. Pour le SAMU (15), il faudra compter 10 à 15 minutes d’attente selon le lieu d’habitation. Autrement dit, en cas d’urgence vitale, l’intervention de tout un chacun peut réellement changer la donne.

 

« Mieux vaut tenter quelque chose que de ne rien faire, souligne le Dr Pascal Cassan, médecin conseiller national de la Croix-Rouge française. Un massage cardiaque, même mal fait, peut maintenir la personne en vie et améliorer considérablement ses chances de s’en sortir. Le SAMU est également là pour guider l’intervenant par téléphone, en attendant que les secours prennent le relais. »

 

L’apprentissage de ces premiers gestes visent aussi à mettre en confiance. En clair, à ne pas céder à la panique. « Beaucoup de gens se disent qu’ils ne sont pas médecins ou que, sur le moment, ils ne sauraient pas réagir. La seule solution pour faire face à ces accidents de la vie courante, c’est de se former », poursuit le Dr Cassan.

 

Etouffement, saignement, brûlure, malaise et inconscience, arrêt cardiaque, toutes ces situations nécessitent de bons réflexes. En France, ce sont les différentes associations agréées de sécurité civile qui se chargent de cet enseignement : la Croix-Rouge, les Sapeurs-Pompiers, l’Ordre de Malte, la Croix-Blanche, la Fédération nationale de Protection civile, entre autres1.

 

En huit modules

Chaque année, la Croix-Rouge française forme plus de 300 000 personnes aux premiers secours. La formation de base, appelée PSC1, est une formation essentiellement pratique, qui privilégie les mises en situation. Elle dure huit heures et se déroule sur une journée, par groupes de 8 à 10 personnes. Les situations d’accident sont abordées en huit modules : la protection (pour soi et pour la personne touchée) et l’alerte (comment contacter les services de secours et savoir donner rapidement les informations utiles) constituent la base de la formation. Puis viennent les cas pratiques : que faire face une personne qui s’étouffe, est inconsciente, ne respire pas, se plaint d’un malaise ou se plaint après un traumatisme (plaie, brûlure, atteinte des os et articulations…) ?

 

Par ailleurs, « un module supplémentaire d’une heure a été ajouté pour préparer le citoyen aux catastrophes (inondations, tremblement de terre, attentat…), précise le Dr Cassan. On apprend à faire face à des situations exceptionnelles, et notamment à préparer un catakit, c’est-à-dire un kit de survie permettant 24 à 48 heures d’autonomie en attendant les secours. »  

 

Désobstruction des voies aériennes, compression des hémorragies, position latérale de sécurité, bouche-à-bouche, massage cardiaque, utilisation d’un défibrillateur font ainsi partie des gestes enseignés. La formation aux premiers secours est accessible à tous, à partir de 10 ans, et coûte entre 50 et 60 euros. Des séances de remises à niveau gratuites, « idéalement tous les trois ans », sont aussi proposées. L’application Croix-Rouge, disponible sur l’Appstore et Google play, permet enfin de rafraîchir ses souvenirs en quelques minutes chez soi.

 

Des formations spécifiques

Pour aller plus avant dans la prévention, des formations ciblées sur les enfants et les seniors ont été mises en place. Sandra, 42 ans, a suivi il y a trois ans l’initiation aux gestes d’urgence pédiatrique. « J’étais maman d’un enfant en bas âge et enceinte du deuxième, j’ai donc jugé indispensable de me former aux gestes de secours pour savoir mieux réagir face à un accident du quotidien », confie-t-elle.Bilan ? « J’ignorais, par exemple, qu’il fallait penser à se protéger soi-même avant de secourir son enfant ou ne pas le relever tout de suite, mais plutôt le mettre en position de sécurité pour évaluer la situation. » Aujourd’hui, elle se sent rassurée : « Je n’ai jamais eu à m’en servir depuis, mais je sais que s’il arrive quoi que ce soit, les bons réflexes sont acquis. »

 

La Croix-Rouge française dispense aussi des formations courtes lors de rendez-vous familiaux, comme le Salon Baby qui a lieu chaque année dans plusieurs grandes villes de France.Une formation plus poussée, sur trois jours, intitulée « Bien-être et autonomie », aborde également le cas spécifique des seniors et fait une large place à la prévention, notamment des chutes. « On y apprend beaucoup de choses pratiques : éviter les tapis chez soi au-delà de 75 ans, bien mettre la lumière pour éviter les problèmes de vue quand il y a des obstacles… Des conseils de bon sens pour éviter des accidents bêtes, mais qui peuvent cependant être graves à cet âge », indique le Dr Cassan.

 

Sachez qu’il n’est pas utile d’être préalablement formé au PSC1 pour suivre ces deux formations, car elles reprennent toutes deux le tronc commun de la formation de base.

 

Ariane Langlois (Tribune Santé)

 

1Pour trouver la liste des organismes de formation, rendez-vous sur www.gouvernement.fr/risques/se-former-aux-premiers-secours

Des formations gratuites partout en France

Le 9 septembre prochain aura lieu la Journée Mondiale des premiers secours. A cette occasion, plus de 100 villes françaises se mobilisent pour initier le plus grand nombre aux gestes qui sauvent. Les bénévoles des centres de la Croix-Rouge française, entre autres, proposeront de courtes formations gratuites. Le programme des initiations sera disponible à la fin de l’été sur le site : www.croix-rouge.fr (rubrique Actualités). La demande de formation aux premiers secours a augmenté massivement depuis les attentats de 2015. Pourtant, moins de 40 % des Français sont formés aux premiers secours… contre 95 % de la population dans certains pays scandinaves !

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés