Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Vaccination : le point sur les idées reçues

Actualités santé

Vaccination : le point sur les idées reçues

[ Publié le 26 avril 2017 ]

La méfiance à l’égard des vaccins augmente. Pour 17 % des Français, ils seraient inefficaces, responsables de lourds effets secondaires ou tout juste bons à enrichir l’industrie pharmaceutique. Qu’en est-il vraiment ? Les réponses du Pr François Bricaire, infectiologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris.

vacconation-idees-recues

Un vaccin ne sert qu’à se protéger

Pr François Bricaire - Faux. Si la vaccination sert bien à se protéger, elle protège aussi les autres. Et notamment les personnes les plus fragiles de son entourage (femmes enceintes, nouveau-nés, seniors, personnes souffrant d’une affection chronique). « La vaccination est un acte qui protège la communauté, son effet positif s’apprécie d’ailleurs au niveau collectif », souligne le Pr François Bricaire, infectiologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris). Selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la vaccination permet actuellement d’éviter 2 à 3 millions de décès par an et pourrait en éviter 1,5 million de plus avec une amélioration de la couverture vaccinale.


Le calendrier vaccinal évolue sans cesse

Pr François Bricaire - Vrai. Les données de vaccination changent au gré des progrès et des connaissances, mais également en fonction des données épidémiologiques : certaines maladies évoluent plus vite que d’autres. C’est pourquoi le calendrier introduit, chaque année, de nouvelles recommandations qui tiennent compte des orientations générales de l’OMS. «L’objectif est aussi d’alléger et d’organiser de mieux en mieux la vaccination, pour que les enfants aient moins de piqûres et pour que cela soit plus homogène, notamment par rapport à nos voisins européens», explique François Bricaire.

 

Se faire vacciner contre des maladies disparues est utile

Pr François Bricaire - Vrai. « Hormis la variole, il n’y a pas de maladie disparue. Ce n’est pas parce qu’on ne voit plus certaines maladies qu’elles ont été éradiquées. Le tétanos ou la diphtérie existent toujours ! Si on ne les voit plus, c’est simplement parce que la vaccination est efficace. » Un relâchement de la vaccination peut ainsi entraîner la résurgence d’une maladie. Rougeole et tuberculose sont ainsi réapparues dans les pays développés ces dernières années, et notamment en France.

 

Le vaccin contre la grippe n’est pas efficace puisqu’on doit le refaire tous les ans

Pr François Bricaire - Faux. Le virus de la grippe évolue : chaque année, c’est une nouvelle souche qui sévit. Le vaccin doit donc être répété tous les ans pour être le plus adapté possible au virus qui circule.« Le vaccin contre la grippe est efficace à 70 %, et davantage chez les sujets jeunes qui répondent mieux au vaccin », précise François Bricaire. Les personnes âgées ont un système immunitaire moins vaillant, ce qui explique qu’elles puissent attraper le virus alors qu’elles sont vaccinées. « Néanmoins, il est impératif pour elles de se faire vacciner puisqu’elles sont plus fragiles. L’efficacité du vaccin amoindrit les conséquences du virus dans tous les cas. »

 

Vacciner les enfants contre plusieurs maladies à la fois augmente le risque d’effets secondaires

Pr François Bricaire - Faux. Il peut y avoir une réaction après un vaccin (douleur au point d’injection, rougeur, fièvre…), mais le nombre d’antigènes (fragments de bactéries, ou de virus atténués ou morts) n’augmente pas ces effets a priori.Les antigènes de ces vaccins s’apparentent, en réalité, à une « gouttelette » en comparaison du nombre de bactéries auxquelles les enfants sont exposés au quotidien. Le système immunitaire de l’enfant est parfaitement capable de faire face à des attaques simultanées. Les vaccins combinés limitent, en outre, le nombre d’injections.

 

Ariane Langlois (Tribune Santé)

Le DTP, bientôt disponible seul ?

Le Conseil d’État a tranché : le ministère de la Santé dispose de six mois pour rendre de nouveau disponible le vaccin trivalent protégeant contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP), non associé à d’autres vaccinations. Le DTP est le seul vaccin obligatoire en France et, pourtant, il demeure presque impossible de se le procurer sous cette forme classique. En effet, les laboratoires commercialisent principalement les vaccins hexavalents, comportant le DTP obligatoire ainsi que la protection contre la coqueluche, l’haemophilius influenza et l’hépatite B. Le Pr Bricaire rappelle que la préparation se fait au niveau mondial et qu’aucun autre pays ne l’a refusée.
Mots-clefs : Centre vaccination , Vaccin

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER