Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Pas de laits végétaux pour les plus jeunes

Actualités santé

Pas de laits végétaux pour les plus jeunes

[ Publié le 7 avril 2017 ]

Depuis plusieurs années, les « laits végétaux » ont le vent en poupe, parfois au détriment du lait de vache. Une tendance préjudiciable, particulièrement pour les plus jeunes. En effet ces jus ne permettent pas de couvrir leurs besoins en vitamines, en calcium et en protéines comme une étude irlandaise le pointe du doigt.

laits-vegetaux-enfants-07042017

De riz, de noisette, de soja, d'amande, de quinoa ou de noix de coco, vous l'avez sûrement remarqué les « laits » végétaux ont envahi les rayons des supermarchés ces dernières années. Autant de produits qui surfent sur la mode du « sans lactose ». Doivent-ils pour autant se substituer au lait de vache, notamment chez les plus jeunes ? A cette question, les diététiciens et nutritionnistes répondent en chœur « non » ! Aucune querelle de chapelle en la matière.

Il suffit juste de poser un regard scientifique. Que contiennent réellement ces produits ? Leurs propriétés nutritionnelles correspondent-elles aux besoins des plus jeunes ? Pour la première question, direction l'université de Cork (Irlande), où l'équipe de Stephanie Jeske s'est attelée à décrypter les composants de 17 marques commerciales de jus végétaux.

Résultats, la plupart des produits hormis le « lait » de soja présentent un faible niveau de protéines et un index glycémique trop élevé. Et ceci en comparaison avec le lait de vache. Pour les auteurs de ce travail, « ces produits sont souvent présentés comme des substituts au lait de vache, sains et nutritionnellement valides. Or notre travail démontre l'inverse ». Voilà qui est dit. A noter que les scientifiques en question n'ont déclaré aucun conflit d'intérêts. Ces produits présentent en outre d'autres points faibles : ils sont naturellement pauvres en calcium, en minéraux, en acides gras essentiels, en fer...

Ces « laits végétaux » ne remplacent donc en rien le lait animal. Ils ne couvrent pas nos besoins quotidiens en nutriments essentiels. Si pour les très jeunes enfants jusqu'à 1 an (nourris au sein ou par lait1er âge puis 2ème âge), la question ne se pose pas, il convient ensuite de rester attentif. Jusqu'à 3 ans, c'est un lait de croissance voire du lait de vache entier qu'il faut donner. Plus tard, on doit tenir compte des besoins en calcium qui augmentent avec l'âge, et ce jusqu'après l'adolescence.

 

Des laits qui ne le sont pas

Rappelons enfin que, si l'appellation « lait » concernant ces produits végétaux est depuis longtemps entrée dans les mœurs, elle est en fait impropre. En effet selon la loi européenne, « la dénomination « lait » est réservée exclusivement au produit de la sécrétion mammaire normale, obtenu par une ou plusieurs traites, sans aucune addition ni soustraction. » A deux exceptions près : le lait de coco et le lait d'amande.

Vous l'aurez compris, pour ce qui est du riz ou encore du soja, il convient de parler de « jus » ou encore de « boisson à base de ». Problème, dans les supermarchés, ils sont vendus au rayon lait. De quoi embrouiller le consommateur.

 

Source : Plant Foods Hum Nutr (2017)

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

ECHANGER