Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Vastarel® et génériques : des prescriptions réservées aux cardiologues

Actualités santé

Vastarel® et génériques : des prescriptions réservées aux cardiologues

[ Publié le 15 mars 2017 ]

A compter du 16 mars 2017, les cardiologues seront les seuls médecins autorisés à prescrire les spécialités à base de trimétazidine (Vastarel® et génériques). Ce médicament est indiqué dans le traitement symptomatique d'une angine de poitrine. Points négatifs, il provoque des effets indésirables neurologiques et se trouve parfois utilisé hors autorisation de mise sur le marché (AMM).

vastarel-genriques-cardiologues-15032017

Développées par le laboratoire Servier, les spécialités à base de trimétazidine seront uniquement prescrites par les cardiologues à compter du 16 mars. Et non plus par les médecins généralistes. Une mesure annoncée par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

En cause, la survenue d'effets indésirables neurologiques* répertoriés chez les patients bénéficiant de ce traitement pour une angine de poitrine. Autres points, une fois par an, le bénéfice du traitement devra être réévalué par le cardiologue. Tout médecin pourra pendant l'intervalle renouveler la prescription.

Enfin, le Vastarel® intègre désormais « la liste I des substances vénéneuses ». Soient les produits de santé « ne pouvant être prescrits que pour la durée de traitement mentionnée sur l'ordonnance ».

 

Des risques déjà connus

Les risques associés aux spécialités à base de trimétazidine ne datent pas d'aujourd'hui. Le 25 juillet 2012, à l'occasion d'une réévaluation du rapport bénéfice/risque, l'Agence européenne du médicament (EMA) restreignait en effet la prescription de cette classe de médicaments.

A compter de cette date, le Vastarel® ne bénéficiait plus d'AMM pour les indications ORL et ophtalmologiques. Sur le papier, ce médicament ne concernait donc plus que le traitement symptomatique de de l'angine de poitrine. Et ce, en association à d'autres médicaments.

 

Supprimer les prescriptions hors AMM

Or les prescripteurs n'ont pas respecté ces restrictions.  En effet, si les ventes de Vastarel® ont bien chuté de 70% depuis 2012, 90% des prescriptions de la molécule correspondent encore à des indications hors-AMM en ORL et en ophtalmologie. Autre point, « une utilisation hors AMM a été identifiée dans le traitement de l'hypertension artérielle primaire alors que cette indication n'est pas validée », confirme par ailleurs l'ANSM.

Preuve d'un réel doute sur la balance bénéfice-risque, le Vastarel® et ses génériques sont inscrites dans la liste des 91 médicaments « jugés plus dangereux qu'utiles », publiée par la revue indépendante Prescrire.

A noter : le Vastarel® et ses génériques favorisent le risque de « tremblements, de raideur de la posture, la lenteur des mouvements, un déséquilibre dans la démarche associée à une tendance à traîner des pieds, surtout chez les personnes âgées ». Autant de symptômes justifiant un signalement au médecin.

 

Source : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), le 14 mars 2017

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus