Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Sommeil : pas forcément mieux à deux

Actualités santé

Sommeil : pas forcément mieux à deux

[ Publié le 17 mars 2017 ]

A l'occasion de la journée nationale du sommeil, enquête sur les conséquences de partager ou non ses nuits. L'Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) révèle ainsi que 50% des Français dorment en couple. Mais plus surprenant, 12% partagent leur chambre avec un enfant et 17% avec un animal de compagnie !

sommeil-dormir-deux-17032017

Selon l'enquête menée par l'InSV/MGEN, un Français sur deux dort en couple. Interrogés sur leurs motivations, 77% des co-dormeurs adultes répondent que c'est un choix. On partage son lit comme on partage sa vie. Dormir ensemble est un plaisir pour 49% des sondés, c'est rassurant (28%).

A noter que dormir ensemble permet à l'un des partenaires d'alerter sur certains troubles du sommeil tels que l'apnée du sommeil ou les mouvements périodiques des jambes.

Côté négatif, le partage du lit gène l'endormissement dans 12% des cas, provoque des réveils nocturnes (13%) ou tient trop chaud à l'un ou à l'autre (10%).

 

Chacun son lit

Concernant les Français qui dorment avec leur enfant, 45% d'entre eux déclarent un impact délétère sur leur sommeil. Selon l'InVS, il est nécessaire d'apprendre aux enfants à dormir seuls et à acquérir une autonomie vis-à-vis de leur sommeil.

Par ailleurs, les experts rappellent qu'il est dangereux de dormir avec un bébé dans son lit. Étouffement, poids de la couette, mauvaise régulation de la température, faire dormir un nourrisson dans le même lit qu'un adulte est associé à un risque accru de mort subite.

 

Dormir avec son animal, c'est réconfortant

Enfin, saviez-vous que 17% des Français partagent leur lit avec leur animal de compagnie ? Or le rythme de sommeil d'un animal est différent de celui de l'être humain. Cette différence explique que le sommeil puisse être perturbé par la présence d'un animal. Mais pour 13% des Français concernés, en majorité ceux qui vivent seuls, cette présence améliore leur sommeil. Ce bénéfice tient en partie à la dimension affective.

 

Source : Institut national du sommeil et de la vigilance, mars 2017 - Enquête INSV/MGEN menée par le département Santé d'OpinionWay. Cette enquête d'opinion a été réalisée auprès d'un échantillon représentatif de la population française de 1001 personnes âgées de 18 à 65 ans du 28 novembre au 7 décembre 2016

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus