Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Cholestérol : une biothérapie réduit le risque cardiovasculaire

Actualités santé

Cholestérol : une biothérapie réduit le risque cardiovasculaire

[ Publié le 28 mars 2017 ]

Associée au traitement par statine, une nouvelle biothérapie anti-cholestérol permet de diminuer significativement le risque d'événements cardiovasculaires, notamment l'infarctus du myocarde ou l'accident vasculaire cérébral (AVC). Une étude d'envergure présentée à Washington le 17 mars 2017 vient de le prouver, chiffres à l'appui.

cholesterol-biotherapie-cardiovasculaire-28032017

Une étude clinique portant sur 27 564 patients dans 49 pays, vient de livrer ses premiers résultats. Objectif : mesurer l'efficacité d’une nouvelle biothérapie anti-cholestérol (de la classe des anti-PCSK9), sur la mortalité et la morbidité de patients présentant une maladie cardiovasculaire avérée. Autrement dit un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral ou encore une artériopathie des membres inférieurs.

Ce médicament s'administre en complément d'un traitement par statine et permet une réduction additionnelle du « mauvais cholestérol ». L'étude « Evolocumab Cardiovascular Outcomes Study », a été présentée au cours du congrès de l'American College of Cardiology à Washington le 17 mars dernier.

Résultat, cette nouvelle biothérapie entraîne une réduction de 20% du risque de faire un nouvel événement cardiovasculaire majeur. Mais également, de manière plus large, de 15% le nombre d'événements cardiovasculaires (décès cardiovasculaire, infarctus du myocarde, AVC, hospitalisation pour angine instable ou revascularisation coronaire). Selon Amgen, le fabricant de la biothérapie, c'est la première fois qu'un inhibiteur de PCSK9 démontre qu'en réduisant davantage le « mauvais cholestérol, on diminue le nombre de patients atteints par une complication cardiovasculaire ».

 

L'exception française

Cette étude est l'aboutissement d'un programme clinique international qui a inclus plus de 30 000 patients dans le monde. Ce travail renforce les résultats des études antérieures relatives à la réduction additionnelle du « mauvais cholestérol », dont une avait mis en avant la capacité de cette biothérapie à diminuer le volume de la plaque d'athérome. Laquelle, rappelons-le, est une accumulation de lipides sur la paroi des artères, dont le principal constituant est le cholestérol.

Plus d'un an après son autorisation européenne, cet inhibiteur n'est pas encore largement disponible pour les patients en France. Une situation en décalage avec l'ensemble des grands pays européens où le médicament est pris en charge depuis plusieurs mois et pour de larges catégories de patients.

En France, la Haute Autorité de santé (HAS) a rendu un avis positif au remboursement uniquement pour une catégorie très limitée de patients touchés par une forme rare d'hypercholestérolémie familiale, soit une centaine de personnes seulement. Aujourd'hui, ces résultats apportent des preuves supplémentaires en vue de proposer une nouvelle alternative thérapeutique pour les patients à haut risque non contrôlés par les traitements existants.

Les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de mortalité dans le monde. En France, elles occupent la seconde place, après les cancers. Près de 120 000 infarctus du myocarde sont recensés chaque année, responsables de 40 000 morts. Enfin, 150 000 AVC surviennent par an dans l'Hexagone provoquant 30 000 décès.

Source : FOURIER : Further cardiovascular OUtcomes Research with PCSK9 Inhibition in subjects with Elevated Risk - Sabatine MS, et al. Evolocumab and clinical outcomes in patients with cardiovascular disease. N Engl J Med 2017 Mar 17. - Nicholls SJ, et al. Effect of evolocumab on progression of coronary disease in statin-treated patients: the GLAGOV randomized clinical trial. JAMA 2016 - OMS. Maladies cardiovasculaires. Aide-mémoire. Janvier 2015 - Fédération Française de Cardiologie. Les pathologies cardio-vasculaires. L'infarctus du myocarde - Ministère des Affaires sociales et de la Santé. L'accident vasculaire cérébral.

(Destination santé ©)

1 commentaire

Soizou47 -

A vous, Dr ou Pr ou journaliste médical qui avez commis ces lignes, cet article qui rapporte ce qu’AMGEN a présenté récemment à Washington, sans chercher à connaître la vérité complète et sans aucune critique de l'essai FOURIER...
Je ne sais si vous êtes anonyme (je le comprendrais parfaitement !) ou si c'est moi qui ne voit pas l'auteur de cet article ?
Vous écrivez un article sur les anti-PCSK9... et sur l'étude FOURIER.

Vous nous rapportez ici que l'étude démontre l'utilité de ce médicament qui permet de "diminuer significativement le risque d'événements cardiovasculaires, notamment l'infarctus du myocarde ou l'accident vasculaire cérébral (AVC)". Cette "étude d'envergure présentée à Washington le 17 mars 2017 vient de le prouver, chiffres à l'appui".

Dr, Pr ou M-Mme, ... chiffre à l'appui, dites-vous.... Pourriez-vous donner à vos lecteurs, TOUS, les chiffres à l'appui, et pas seulement, quelques-uns qui tronquent une réalité disons assez... cruelle... pour les patients :-( et également pour les médecins de bonne foi que vous informez ici de manière si partielle et si partiale :-(
Pas seulement les chiffres qui servent la 'propagande' d'AMGEN, mais TOUS les chiffres.
A raison de l'absolue nécessité de fournir une information objective... POURQUOI ne faites-vous pas mention de nombre d'infos complémentaires, nécessaires à la compréhension des anti-PCSK9 et de l'étude FOURIER?.

Comme par exemple...
- le fait que l'essai FOURIER était initialement prévu pour durer 4 ans; il a été interrompu au bout de 26 mois seulement. En ce cas, vous le savez sûrement, l'éthique de base veut que l'on déclare l'hypothèse primaire invalidée. L'arrêt de l'essai avant terme (durée déclarée a priori et à laquelle on ne peut déroger) impose de déclarer que l'hypothèse primaire n'a pas été validée et de remettre en question l'utilité du médicament.
POURQUOI ne faites-vous nulle part mention de cette 'contre-indication' à la réussite de l'essai = à la validation de l'hypothèse primaire ?

Comme par exemple...
- le fait qu'au bout de 26 mois, la mortalité était plus élevée dans le groupe traité que dans le groupe placebo.
POURQUOI ne faites-vous aucune mention de ces chiffres accablants pour la sécurité et l'utilité du médicament ?
En résumé, les patients font moins d'événements CV, mais ils meurent davantage, aussi bien de causes CV que d'autres causes !
POURQUOI ne le mentionnez-vous pas... "chiffres à l'appui"?

Comme par exemple...
- que se passera-t-il pour la mortalité, au-delà de 26 mois, pour les patients, parce que vous le savez sûrement l'anti-PCSK9 est généralement prescrit en traitement de longue durée.
POURQUOI ne vous posez-vous pas cette bonne question-là ?
Il y a toutes chances que le traitement tue beaucoup de patients. Il y a même des Dr (indépendants et honnêtes) qui prétendent que l'essai aurait été arrêté parce que la courbe de mortalité augmentait dangereusement dans le groupe des patients qui recevaient l'anti-PCSK9 par rapport au groupe qui recevait le placebo.... Rendez-vous compte ! Du coup, quand des patients seront sous traitement de moyenne durée, leur risque de faire un accident CV sera très légèrement réduit, mais leur risque de décéder (y compris de cause CV) sera plus élevée. Dr, Pr, M. ou Mme, prendrez-vous un tel médicament ou prescrirez-vous un tel médicament aux gens qui vous sont chers?

Pouvez-vous nous mentionner ici, Dr ou Pr, ou M. ou Mme, anonyme auteur, je ne les vois pas, quels sont vos "liens" d'intérêt? (je me souviens d'un temps tout récent où on parlait de 'conflits' d'intérêt, cela me semblait tellement plus juste).

Et pour terminer, une question mais vous allez le voir, elle ne mérite de réponse qu'à vous-même. Qui que vous soyez... mesurez-vous la responsabilité qui est la votre à faire la promotion d'un médicament qui va tuer davantage qu'il ne va sauver de vies?
Et SI vous êtes Dr en médecine ou Pr... les promesses que vous avez dû faire au tout début, dont vous vous souvenez sûrement, vous semblent-elles tenues...? Entre autres " J'informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n'exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences." et/ou " Je préserverai l'indépendance nécessaire à l'accomplissement de ma mission. Je n'entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés."

Je voudrais terminer en vous souhaitant sincèrement très bon courage. Il va vous en falloir beaucoup-beaucoup, quand (malgré votre désinformation), la conscience sera généralisée sur toute la vérité sur les anti-PCSK9, sur les statines et sur le scandale du CHO versus maladies CV. Un jour viendra où chacun-e devra répondre de ses responsabilités. Les actions de groupe en justice (merci Benoît H. ;-) ! ), la révolte sourde mais réelle des patients maltraités vont mettre à jour les responsabilités de chacun dans cette 'horrible vérité'... Courage à vous, oui, il va en falloir!!! Peut-être est-il encore temps d'entamer une salutaire résilience ? Viiiite!

A ce propos, savez-vous POURQUOI on ne peut-on pas mettre un commentaire sur l’article LDL cholestérol : le retour du « Lower Is Better » du Dr H.Gallois ?

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus

ECHANGER