Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Antidouleurs opioïdes : à conserver loin des enfants et des ados

Actualités santé

Antidouleurs opioïdes : à conserver loin des enfants et des ados

[ Publié le 2 mars 2017 ]

Maintenir hors de portée des enfants : ce conseil est valable pour tous les médicaments. Pour les antalgiques opioïdes, il est d'autant plus important que ces molécules induisent un risque d'overdose dont les parents ne sont pas toujours conscients.

medicaments-enfants-opioides-02032017

Intoxication, overdose ou addiction : l’ingestion d’antidouleurs opioïdes présente des risques réelspour les petits mais aussi pour les ados qui pourraient être tentés de les utiliser à titre récréatif. Une étude américaine montre que trop de parents n'ont pas ce risque à l'esprit. Des chercheurs de la Johns Hopkins University Bloomberg School of Public Health ont interrogé 681 adultes sous antalgiques opioïdes au cours de l'année écoulée. Tous avaient des enfants de moins de 17 ans, vivant avec eux.

Seulement 31% d'entre eux ont rapporté ranger ces médicaments hors de portée de leur progéniture. Selon les scientifiques, « hors de portée » signifie dans un espace sous clef et inaccessible. Même pour un adolescent.

« Ranger de manière non sécurisée les opioïdes à domicile contribue à l'ingestion accidentelle de ces médicaments par les enfants et par le chapardage par les adolescents », insistent les auteurs. « Nous savons que les jeunes qui consomment ces molécules dans un but récréatif se les procurent fréquemment à domicile. » Le risque d'addiction et d'overdose est ainsi augmenté.

 

De nouvelles solutions préventives ?

Malgré ce constat, les parents restent peu sensibilisés à ces dangers. Certes, 73% des parents interrogés sont conscients que les enfants peuvent faire une overdose aux opioïdes plus rapidement que les adultes. Toutefois, ils ne sont que 13% à s'inquiéter réellement du risque de voir leurs petits accéder à ces médicaments chez eux.

Pour prévenir ces risques, les chercheurs proposent d'« éduquer les parents à davantage de prudence ». Mais pas uniquement. Selon eux, il est essentiel de « développer des emballages intelligents grâce aux nouvelles technologies ». Ceux-ci devraient autoriser l'ouverture du traitement uniquement au bénéficiaire de l'ordonnance.

 

Source : Johns Hopkins University Bloomberg School of Public Health, 20 février 2017

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus