Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Faire sa lessive à l'eau de pluie, une mauvaise idée ?

Actualités santé

Faire sa lessive à l'eau de pluie, une mauvaise idée ?

[ Publié le 27 février 2017 ]

Dans un rapport publié le 22 février, l'Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) déconseille l'utilisation d'eau de pluie pour le lavage du linge, du moins pour certaines personnes. Cette tendance, en augmentation depuis plusieurs années, n'est en effet pas dénuée de risques.

lessive-eau-pluie-27022017

Un arrêté ministériel de 2008 autorise l'utilisation de l'eau de pluie à l'extérieur de l'habitation (pour l'arrosage par exemple) et à l'intérieur (pour les chasses d'eau, le lavage des sols). « Son usage pour le lavage du linge est autorisée à titre expérimental, sous réserve de mise en œuvre de dispositifs de traitement de l'eau adapté », explique l'Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

Depuis quelques années en effet, par volonté d'économies notamment, de nombreuses personnes installent chez elles des récupérateurs d'eau de pluie pour ensuite alimenter leur lave-linge.

Problème, selon l'Anses, « lors de leur passage dans l'atmosphère, du ruissellement sur les toitures, dans le réservoir de stockage puis dans le réseau, ces eaux peuvent se charger en métaux et micropolluants organiques. »

 

Des dangers difficiles à déterminer

L'agence s'est donc attelée à évaluer les risques inhérents à un tel lavage. Une initiative peu concluante puisque, selon ses dires, « l'hétérogénéité des données disponibles, les conditions locales ou encore les pratiques des particuliers pour le lavage du linge rendent impossible toute évaluation des risques ».

Par mesure de précaution, l'Anses recommande que l'eau de pluie ne soit pas utilisée pour le linge :

  • des populations à risque d'allergie cutanée, ayant des maladies de peau ou des peaux atopiques ;
  • des jeunes enfants, qui mettent régulièrement le linge à la bouche ; des personnes immunodéprimées ;
  • des personnes en hospitalisation à domicile ;
  • de ceux et celles vivant à côté de sites industriels et de sites agricoles, où l'eau de pluie est susceptible de contenir davantage de contaminants chimiques.

 

Source : Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES), 22 février 2017

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER