Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Ouverture de la première "salle de shoot" à Paris

Actualités santé

Ouverture de la première "salle de shoot" à Paris

[ Publié le 10 octobre 2016 ]

L'ouverture de la première salle de consommation à moindre risque (SCMR) en France aura lieu ce 11 octobre. Destinée aux usagers de drogue, elle vise à réduire les risques de décès par overdose et les maladies graves telles que le SIDA et l'hépatite C.

salle-shoot-paris-11102016

 L'accès à un espace de consommation sécurisé, ainsi qu'à un accompagnement médical et social spécialisé sera désormais possible pour une centaine d'usagers de drogue parisiens. Votée dans le cadre de la loi de modernisation de notre système de santé malgré de nombreuses oppositions, la première SCMR, installée dans un local adossé à l'hôpital Lariboisière, sera inaugurée mardi 11 octobre.
Ouverte 7 jours sur 7, de 13h30 à 20h30, cette salle constitue la première étape d'une expérimentation qui devrait durer 6 ans.

"Il s'agit d'espaces où des toxicomanes majeurs, précarisés et en rupture avec le système de santé, sont accueillis pour venir consommer leurs substances psychoactives dans des conditions d'hygiène adaptées, avec du matériel stérile et sous supervision de personnels de santé", rappelle le ministère en charge de la Santé.

 

Des répercutions positives

Il y a 30 ans, la première SCMR ouvrait à Berne, en Suisse. Ont ensuite suivi l'Allemagne, l'Australie, le Canada, l'Espagne, le Danemark, le Luxembourg, la Norvège et les Pays-Bas. "Depuis [toutes ces années] à l'étranger, il a [...] été démontré que [ces salles] améliorent l'accès aux soins des usagers et [favorisent] un meilleur suivi social", souligne l'ONG Médecins du Monde (MdM). "Elles ont également permis de réduire le nombre d'overdoses mortelles, les consommations et les nuisances associées dans l'espace public."

Concrètement, des seringues à usage unique, des compresses stérilisées et des conseils d'hygiène seront délivrés dans des espaces aseptisés. La prise en charge individuelle sera effectuée, proposant aux patients d'intégrer un parcours de soins pour apprendre à maîtriser, voire réduire, sa consommation de substances illicites.

 

Sources : Médecins du Monde, 10 octobre 2016 - ministère en charge de la Santé, 10 octobre 2016.

Mot-clef : Addiction

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Besoin d'un relais près de chez vous ?
 

Un soutien pour votre quotidien près de chez vous ? Nos conseillers santé vous donnent les coordonnées d'associations de patients.

 

En savoir plus