Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Pollution de l'air : plusieurs scénarii pour sauver des vies

Actualités santé

Pollution de l'air : plusieurs scénarii pour sauver des vies

[ Publié le 7 septembre 2016 ]

La pollution de l'air constitue la première cause environnementale de mort prématurée dans le monde. Un travail mené par des chercheurs français révèle à quel point la santé publique bénéficierait d'une baisse des particules fines.

pollution-air-vehicules-08092016

L'exposition chronique aux particules fines dans l'air favorise le développement de pathologies chroniques. Ce qui entraîne une augmentation de la mortalité et une baisse de l'espérance de vie. Au total, "cette pollution est responsable de 9% de la mortalité en France, représentant 48.283 décès annuels", précisent les rédacteurs du dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

Le travail d'une équipe de chercheurs français a été mené sur 36.219 communes rassemblant plus de 61,6 millions d'habitants. Dans les grandes villes, près de 95% de la population était exposée à des valeurs dépassant le seuil de 10µg/m3 recommandé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour protéger la santé.

 

Réduction de la pollution, amélioration de la santé

Les scientifiques ont élaboré plusieurs scénarii pour déterminer quel serait le bénéfice en matière d'espérance de vie si les villes réussissaient à baisser leur taux de particules fines. Résultat, "si l'ensemble des communes de France continentale parvenaient à atteindre les niveaux de particules fines observés dans les 5% des communes les moins polluées de la même classe d'urbanisation, la mortalité pourrait diminuer de 7%", révèlent-ils.

Autre scénario envisagé : "si aucune des communes ne dépassait la valeur guide de l'Organisation mondiale de la santé pour les particules fines, 17.712 décès pourraient être évités chaque année", poursuivent les auteurs.

Conclusion, quel que soit le scénario retenu, "une baisse des niveaux de pollution de l'air pourrait se traduire par des gains considérables pour la santé", concluent-ils.

 

Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), 6 septembre 2016.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER