Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Lactarium : des dons sous étroite surveillance

Actualités santé

Lactarium : des dons sous étroite surveillance

[ Publié le 9 septembre 2016 ]

Comment est assurée la "sécurité" du lait maternel dans un lactarium en France ? Réponse avec le Pr Jean-Charles Picaud, président de l'Association des lactariums de France (ADLF).

tire-lait-lactarium-09092016

En août dernier, trois grands prématurés ont été contaminés par une bactérie appelée Bacillus Cereuset. Tous ont un point commun : ils ont reçu du lait maternel du lactarium d'Ile-de-France. Deux d'entre eux sont décédés. Par mesure de précaution,  la délivrance de lait provenant de ce centre a été suspendue.

"A l'échelle nationale, il existe 36 lactariums", explique le Pr Picaud. "Ce sont des centres de collecte, de traitement et de distribution de lait maternel. Lequel provient des mères en maternité mais également de celles qui allaitent leur bébé à domicile et acceptent d'offrir leur excédent. Ce lait est considéré comme un produit de santé. Il ne peut donc être délivré que sur prescription médicale si l'enfant pèse moins d'1,5 kg."

 

Une collecte très encadrée

 

D'emblée, le Pr Picaud prévient : "Ne devient pas donneuse qui veut. Le don est très encadré. Une femme qui veut offrir son lait maternel doit répondre à un questionnaire préliminaire. Elle devra se soumettre à un prélèvement sanguin pour des tests sérologiques (VIH, hépatite B et C ...). Le lait recueilli est systématiquement contrôlé (staphylocoque...). Sur les 70.000 litres reçus chaque année à l'échelle nationale, 8% à 15% seront alors jetés. Une opération de pasteurisation (62,5°C pendant 30 minutes) est enclenchée. Le lait est ensuite à nouveau contrôlé !"

Selon le Jean-Charles Picaud, "le risque de contamination est donc faible". Ce qui conduit notre interlocuteur à rester prudent quant à une éventuelle "responsabilité du lactarium dans la survenue des décès récents des deux nourrissons. La contamination peut s'être produite lors du circuit d'acheminement du lait ou dans l'environnement du bébé (dans le service de néonatologie par exemple, ndlr)".

 

Un manque de donneuses

 

Rappelons que chez les grands prématurés, le système digestif n'est pas mature. Le lait maternel implique une meilleure tolérance. Le risque d'entérocolite nécrosante, une inflammation de l'intestin, est alors moindre. Sans oublier que ces bébés sont davantage sujets à diverses infections. Le lait maternel aide notamment à développer leur système immunitaire... Pourtant, si bénéfique soit-il, ce système manque cruellement de donneuses. "Aucune campagne d'appel aux dons n'est lancée sur notre territoire", déplore le Pr Picaud. "A l'heure actuelle, nous ne pouvons subvenir qu'à la moitié des besoins."

Si vous êtes intéressée pour faire un don anonyme et gratuit de lait maternel excédentaire, il vous suffit de contacter le lactarium le plus proche de chez vous. Le personnel de l'établissement peut se déplacer à votre domicile. Notez enfin que le lactarium fournit le matériel nécessaire au recueil du lait. Retrouvez toutes les informations concernant le don de lait maternel sur le site l'Association des lactariums de France (ADLF).

 

Source : Interview du Pr Jean-Charles Picaud, président de l'Association des lactariums de France (ADLF), 7 septembre 2016.

Mot-clef : Allaitement

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite

Bébé vient d'arriver : comment retrouver ses formes en gardant la forme, même en allaitant !

Nos diététiciennes vous conseillent.

En savoir plus