Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Attentat de Nice : l'accompagnement des victimes renforcé

Actualités santé

Attentat de Nice : l'accompagnement des victimes renforcé

[ Publié le 16 septembre 2016 ]

Deux mois après l'attentat de Nice, les équipes de psychiatrie des hôpitaux de la ville continuent de faire face à un afflux de patients souffrant de stress post-traumatique. Le ministère de la Santé annonce plusieurs mesures.

stress-post-traumatique-19092016

"Le dispositif (d'accompagnement médico-psychologique des blessés et des témoins) initialement mis en place doit désormais évoluer pour répondre, dans la durée, aux besoins des victimes : un suivi à la fois accessible, pérenne et spécifique, notamment pour les enfants et les adolescents", annonce Marisol Touraine, ministre de la Santé. Une bonne nouvelle pour les équipes des hôpitaux de la ville.

En effet, depuis l'attentat du 14 juillet dernier, les trois établissements de santé de Nice font "face à une demande de soins extrêmement importante", indique le Pr Michel Benoit. "Plus de 1.000 consultations psycho-traumatiques individuelles ont été effectuées par un psychiatre ou un psychologue depuis le 19 juillet." Soit au moins 40 fois plus qu'en temps normal. Or "nous ne sommes pas en mesure de faire face à cette demande exceptionnelle avec nos effectifs réguliers", poursuit-il.

 

Un soutien pérenne aux professionnels niçois

Et ce dispositif d'urgence médico-psychologique, mis en place immédiatement après l'attentat, devrait s'interrompre à la fin du mois. Pour le "faire évoluer afin de garantir un suivi adapté et durable des personnes traumatisées", la ministre promet "un premier renfort de 6 professionnels". Répartis en 2 équipes et financé par le ministère, la première sera située au Centre hospitalier universitaire Pasteur (un psychiatre, un psychologue, un secrétaire) et la seconde au Centre hospitalier Lenval (un pédopsychiatre, un psychologue et un secrétaire).

 

Gratuité des soins pour les victimes

En outre, "la prise en charge des personnes traumatisées dans ces structures est totalement gratuite", indique le ministère, formalisant une réponse attendue par les victimes et les établissements hospitaliers depuis l'attentat. Les victimes, blessés et/ou témoins du drame pourront aussi "bénéficier, sur la base d'une prescription délivrée par leur structure d'accueil, de forfaits de 10 séances auprès d'un psychologue, remboursées chacune à 50 euros", indique le ministère.

Une autre manière de soulager les équipes des hôpitaux : "S'appuyer sur médecine de ville, psychiatrie et psychologie libérale, dont les consultations ne sont pas conventionnées, permettra d'orienter les patients vers des professionnels compétents en psycho-traumatologie quand c'est possible." Ainsi, "on évitera les ruptures de soins", explique-t-il. Lesquelles sont particulièrement "délétères pour ces patients blessés psychiquement et en détresse".

 

L'importance de consulter

"Il est difficile de prévoir quels patients vont parvenir à une rémission rapide et lesquels vont voir leur stress post traumatique devenir chronique", souligne le Pr Benoit. En tout cas, "on sait que ces états de souffrance, s'ils durent plus de 2 mois, ont des risques de chronicisation augmentée". C'est pourquoi, il est important de "consulter au plus vite, en cas de besoin". Le Pr Benoit s'avoue préoccupé : "Il faut que toutes les personnes impliquées de près ou de loin soient prises en charge afin de récupérer au plus vite", conclut-il.

 

Sources : ministère de la Santé, 14 septembre 2016 ; interview du Pr Michel Benoit, chef du service de psychiatrie du CHU de Nice, 14 septembre 2016.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

Blog expert

Prendre soin de soi

par Cécile Marie-Magdelaine

prendre-soin-soi

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus