Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Pancréas artificiel : un nouvel espoir pour les diabétiques

Actualités santé

Pancréas artificiel : un nouvel espoir pour les diabétiques

[ Publié le 11 juillet 2016 ]

Actuellement en phase de mise au point, le pancréas artificiel représente une avancée majeure pour la prise en charge du diabète de type 1. À la clé : un meilleur contrôle de la glycémie et une qualité de vie améliorée.

pancreas-diabete-inserm-110716

Les patient atteints d'un diabète de type 1, forme insulino-dépendante, représentent 5% à 10% des cas de diabètes rapportés en France. Chez ces personnes, le pancréas est défaillant. Il n'assure plus la production d'insuline, ce qui empêche la métabolisation du glucose. Le pancréas artificiel a pour objectif d'assurer la fonction du pancréas. Prenant la forme d'un boîtier collé sur la peau, ce dispositif externe délivre de l'insuline dans le sang en fonction des besoins, évalués en temps réel par un capteur.

Une révolution dans prise en charge du diabète 
Capable de réguler le taux de glycémie de façon instantanée, cette innovation présente de nombreux avantages comparés aux traitements déjà existants. Si depuis 40 ans, les insulines synthétiques et les pompes à insuline ont constitué de grandes avancées, ces dernières imposent néanmoins une surveillance du niveau de sucre dans le sang plusieurs fois par jour pour éviter hyper- ou hypoglycémies. Par ailleurs, en évaluant et en s'injectant lui-même son insuline, le patient s'expose à un risque de surdosage ou de sous-dosage.

Retour à une "vie normale"
Cependant, avant d'être commercialisé, ce dispositif mérite encore quelques mises au point. Aujourd'hui, seuls deux des trois composants sont opérationnels : le capteur pour mesurer le taux de glycémie et la pompe dédiée à la perfusion de l'insuline par le biais d'un cathéter. L'algorithme capable de faire le lien entre le capteur de type smartphone et la pompe, doit encore être affiné. Un défi auquel s'attelle plusieurs chercheurs d'une équipe Inserm de Montpellier. Néanmoins, celle-ci a déjà pu mesurer pour la première fois l'efficacité d'un tel dispositif en vie réelle durant un mois, 24 heures sur 24 sur 20 patients. Résultat : tous admettent avoir repris "une vie normale" pendant cette période. Pour confirmer ces résultats, une nouvelle étude clinique va prochainement être lancée sur 6 mois. "Si tout se passe bien, le pancréas artificiel pourrait être commercialisé dès 2017." 

Source : INSERM

 

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

ECHANGER