Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Sage-femme : un métier aux compétences mal connues

Actualités santé

Sage-femme : un métier aux compétences mal connues

[ Publié le 21 juin 2016 ]

Pour sensibiliser les Français sur les compétences des sages-femmes, largement méconnues, la ministre de la Santé vient de lancer une grande campagne d'information à partir de ce mercredi 22 juin.

grossesse-sage-femme-gynecologie

"Chacun de nos concitoyens sait quand et pourquoi consulter un médecin ou un infirmier. A l'inverse, ils sont peu nombreux à connaître l'étendue des compétences des sages-femmes". C'est en ces termes que Marisol Touraine, ministre de la santé, a introduit sa campagne "Au moins 6 bonnes raisons de consulter une sage-femme", lancée ce 22 juin.

 

Priorité donnée à l'information

 

Des affiches et dépliants seront donc diffusés dans les hôpitaux, les maternités, les cabinets libéraux et les maisons de santé pluridisciplinaire. Ou encore dans les services de protection maternelle infantile (PMI) et les centres de planification ou d'éducation familiale (CPEF). Pour suivre cette campagne rendez-vous sur Twitter #Sagesfemmes. Et consultez le dossier dédié sur le site du ministère en cliquant ici. Des témoignages vidéo et des interviews de sages-femmes sont aussi en ligne.

 

 

6 raisons de les consulter

 

La campagne consiste d'abord à informer le grand public sur les compétences des sages-femmes, en mettant en avant "6 bonnes raisons" de les consulter :

  • consultation gynécologique de la femme en bonne santé,
  • prescription et suivi de la contraception,
  • suivi de la grossesse et de l'accouchement,
  • prise en charge de la mère et du bébé,
  • vaccination,
  • Interruption volontaire de grossesse (IVG) médicamenteuse.

 

4 avancées pour les sages-femmes

 

Par ailleurs, cette campagne vise à rappeler les différentes mesures prises par Marisol Touraine :

  • Renforcer l'identité des sages-femmes en élargissant leurs compétences auprès des femmes en bonne santé. Autres leviers : sensibiliser sur l'importance des postes à responsabilité récemment créés (sages-femmes coordinatrices) et renforcer leur rôle en commission médicale d'établissement (CME) ;
  • Donner aux étudiantes en maïeutique le même statut que les étudiants en médecine, en pharmacie et en odontologie. Les rémunérer au même niveau que "des agents de santé" dès la 4e année d'études et ouvrir un parcours d'excellence pour celles et ceux qui feront le choix de la recherche ;
  • Augmenter les rémunérations en ouvrant le droit de facturer les actes médicaux comme les médecins ;
  • Elargir les compétences avec notamment la récente autorisation de pratiquer les interruptions volontaires de grossesse (IVG) médicamenteuses. Mais aussi la vaccination de la maman et de l'entourage du nouveau-né en prévention de maladies infectieuses comme la rougeole. Une mesure corroborant les recommandations du Haut Conseil de la santé publique.

 

Un rôle avant et après la naissance

 

Contrairement aux idées reçues, le rôle des sages-femmes et maïeuticiens ne se limite pas à la salle d'accouchement. Le suivi périnatal - avant et après la naissance - fait aussi partie intégrante du métier. Il permet d'assurer pendant la grossesse le suivi gynécologique, le diagnostic de malformations par échographie et la survenue de complications (diabète gestationnel, hypertension...).

Ces professionnels sont aussi indispensables pour préparer le retour à domicile. Ils jouent également un rôle important dans la prévention (infections sexuellement transmissibles, contraception, addictions).

Enfin, on l'oublie souvent, mais les sages-femmes et les maïeuticiens sont - au même titre que les médecins et les dentistes - reconnus comme professionnels de la santé.

 

Source : ministère en charge de la Santé, le 22 juin 2016.

Mots-clefs : Grossesse , Sage femme

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER