Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Le travail nocturne nuit à la santé

Actualités santé

Le travail nocturne nuit à la santé

[ Publié le 13 mai 2016 ]

Depuis les années 1980, les horaires atypiques de travail se multiplient en France. Un phénomène qui n'est pas sans danger pour la santé, comme le révèle la Revue Prescrire dans son édition du mois de mai.

travail-nocturne-nocif-130516

Les formes de travail en "horaires atypiques" les plus étudiées sont le travail de nuit et le travail en équipes successives, dénommé "travail posté" (de type 3 - 8). Selon différents travaux menés sur le sujet, cette forme d'emploi entraîne "une privation chronique de sommeil, une somnolence accrue durant la période de veille et une augmentation du risque d'accidents et d'erreurs." Ainsi, le travail posté et le travail de nuit sont associés à des troubles du caractère et à une baisse des performances cognitives. Sans oublier une augmentation de la dépression et de l'anxiété.

Surpoids, cancers, maladies cardiovasculaires

Le travail de nuit est largement reconnu comme perturbateur de notre horloge biologique. En 2014, des chercheurs américains avaient mis en avant le risque de surpoids encouru par les travailleurs en horaires décalés. D'autres études ont aussi associé ces emplois à un risque accru d'affections cardiovasculaires, indépendamment d'autres facteurs de risque comme le tabagisme. Selon les auteurs de la Revue Prescrire, "la question d'une augmentation du risque de cancers est débattue. Début 2016, les données vont globalement dans le sens d'un risque de cancer du sein augmenté chez les femmes, surtout en cas d'exposition de longue durée".

En France, l'étude CECILE, réalisée par l'INSERM, a précisé que ce risque est plus important chez les femmes travaillant de nuit depuis plus de 4 ans et avant leur première grossesse. Depuis 2008, le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l'Organisation Mondiale de la Santé à Lyon a ajouté le "travail de nuit posté" à la liste des agents probablement cancérogènes.

Enfin, le travail posté et/ou de nuit augmenterait le risque d'avortement spontané, d'accouchement prématuré et de retard de croissance intra-utérin. En France, en matière de médecine du travail, la réglementation impose une surveillance médicale renforcée des travailleurs de nuit, avec une visite médicale obligatoire tous les 6 mois.

Sources : Revue Prescrire, mai 2016 - Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

Blog expert

Profession : Responsable du bonheur

par Christine Ramonnet  ,  Stéphanie Renaudin

responsable-bonheur-profession-bien-etre

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus

 

ECHANGER