Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > La toxine botulique contre les douleurs neuropathiques

Actualités santé

La toxine botulique contre les douleurs neuropathiques

[ Publié le 15 avril 2016 ]

La toxine botulique, connue pour atténuer les rides du vieillissement, pourrait s'avérer efficace contre les douleurs neuropathiques périphériques. Lesquelles exposent les patients à d'intenses souffrances. Explications.

toxine-botulique

Des injections répétées de toxine botulique seraient efficaces pour lutter contre les douleurs neuropathiques périphériques, souvent partiellement soulagées par les traitements conventionnels. Ces douleurs sont liées à la lésion d'un nerf, par exemple après une chirurgie, un traumatisme, ou en raison d'une maladie neurologique.

Des chercheurs de l'INSERM ont conduit une étude tri-centrique au cours de laquelle ils ont comparé l'effet sur ces douleurs de deux injections sous-cutanées de toxine botulinique ou de placebo. "Les injections ont été réalisées à 3 mois d'intervalle, chez des patients qui continuaient en parallèle leur traitement habituel", précisent les auteurs.

Pas d'autorisation de mise sur le marché

Résultats, "après 24 semaines de suivi, sur une échelle numérique cotée de 0 à 10, l'évaluation de la douleur passait en moyenne, de 6,5 à 4,6 dans le groupe toxine botulique, contre 6,4 à 5,8 dans le groupe placebo". Par ailleurs, les personnes ayant répondu significativement à la première séance d'injection étaient davantage soulagées après la seconde séance.

Sans doute un tel usage thérapeutique reposera-t-il sur le recours régulier à des injections, toutes les 12 semaines. "Reste que le Botox n'a pas d'autorisation de mise sur le marché dans les douleurs neuropathiques et que ce traitement ne pourra être proposé qu'en cas d'échec des traitements conventionnels car les injections doivent être réalisées à l'hôpital et sont souvent douloureuses", ajoutent-ils.

Source : INSERM (U987/Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Physiopathologie et pharmacologie clinique de la douleur), 31 mars 2016.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés