Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Les femmes au coeur du risque cardiovasculaire

Actualités santé

Les femmes au coeur du risque cardiovasculaire

[ Publié le 9 mars 2016 ]

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'Institut national de veille sanitaire (InVS) fait le point sur la santé cardiovasculaire féminine.

femmes-risque-cardiovasculaire-090319

L'Institut de Veille sanitaire (InVS) constate une augmentation significative du nombre d'hospitalisations pour infarctus du myocarde ces cinq dernières années. Notamment chez les plus jeunes femmes. C'est bien simple, ce dernier a connu une hausse de 3% par an chez les 45-54 ans entre 2002 et 2008, contre près de 5% entre 2009 et 2013. Seule bonne nouvelle, la tendance obervée chez les plus de 65 ans est à la baisse.

Une prise de parole engagée

Dans l'éditorial du dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), le Pr Claire Mounier-Vehier, présidente de la Fédération française de Cardiologie (FFC) estime indispensable "de bouleverser nos cultures sociétales qui considèrent encore que les femmes jeunes sont protégées des maladies cardiovasculaires par leurs hormones". Selon elle, "il est au contraire nécessaire d'engager rapidement des actions marquantes de prévention et d'information auprès des femmes et des professionnels de santé".

Une urgence ?

Cela relèverait même d'une urgence tant l'épidémiologie cardiovasculaire des femmes est aujourd'hui préoccupante. Cette situation s'explique notamment par l'évolution de leur mode de vie avec l'adoption, depuis 30 ans, des mêmes comportements à risque que les hommes : tabagisme, alcool, mauvaises habitudes alimentaires, etc. Au-delà de ces comportements, les femmes sont de plus en plus exposées à des facteurs hormonaux spécifiques, tout au long de leur vie : contraception avec présence d'oestrogènes de synthèse reconnus comme facteur de risque de maladies cardiovasculaires, grossesse avec des risques thrombotique, vasculaire et métabolique, ou encore ménopause avec la phase de transition vasculaire et métabolique qui l'accompagne.

Une prise en charge déficiente ?

Le Pr Claire Mounier-Vehier évoque également "une prise en charge moins bonne que pour les hommes". Avec déjà un dépistage plus tardif voire incomplet. Elle pointe également du doigt, "un délai d'appel du 15 plus long" et "l'insuffisance de prescription des traitements médicamenteux". Dans ce contexte, elle appelle à une intensification de l'information sur les risques cardiovasculaires associés à la vie hormonale des femmes. Mais pas seulement. "Nous devons les inciter à adopter un mode de vie plus sain : jamais la première cigarette, une activité physique régulière, une alimentation équilibrée, un stress mieux géré..."

Source : BEH, 7-8, 8 mars 2016

(Destination santé ©)

Mots-clefs : Cardiovasculaire , Infarctus

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Cholestérol, hypertension : votre médecin vous conseille de perdre du poids.

Nos diététiciennes vous aident à modifier vos habitudes alimentaires !

En savoir plus

ECHANGER