Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Des ados transforment le sirop contre la toux en drogue

Actualités santé

Des ados transforment le sirop contre la toux en drogue

[ Publié le 11 mars 2016 ]

L'Agence nationale du Médicament (ANSM) alerte les professionnels de santé sur la hausse des détournements de médicaments antitussifs opiacés et antihistaminiques H1 à des fins "récréatives".

sirop-toux-drogue-110316

L'ANSM indique une augmentation de l'usage détourné d'antitussifs opiacés associés aux antihistaminiques H1. Délivrés avec ou sans ordonnance, ces médicaments peuvent être utilisés par des adolescents ou des jeunes adultes à des fins "récréatives" ou de "défonce".

Le purple drank, un cocktail risqué

Ils préparent ainsi une boisson, appelée purple drank, composée généralement de sirops à base de codéine, de prométhazine et de soda. "Son émergence date de la fin des années 1990 aux États-Unis, où elle constitue actuellement un problème de santé publique chez les jeunes."

La codéine est un opiacé indiqué chez l'enfant de plus de 12 ans et l'adulte dans le traitement symptomatique de la toux ou des douleurs d'intensité modérée à intense. La prométhazine est un antihistaminique H1 indiqué dans le traitement symptomatique des manifestations allergiques et en cas d'insomnies occasionnelles. "Ces deux médicaments se présentent sous différentes formes utilisées pour la fabrication du purple drank : comprimé, sirop et solution buvable.

Des demandes suspectes en pharmacie

Alors que les premiers signalements ont été rapportés au réseau d'addictovigilance de l'ANSM en 2013, une nette augmentation a été constatée depuis lors. "Il s'agit de demandes de délivrance suspectes rapportées par des pharmaciens d'officine, mais aussi de cas de dépendance ou d'abus ayant pu conduire à une hospitalisation", signale l'ANSM.

Compte-tenu de l'augmentation rapide et de la persistance des signalements de l'usage détourné de ces médicaments, l'ANSM a diffusé une mise en garde aux professionnels de santé. Il leur est ainsi demandé "d'être particulièrement vigilants face à toute demande de médicaments contenant un dérivé opiacé ou un antihistaminique qui leur semblerait suspecte, émanant en particulier de jeunes adultes ou d'adolescents".

Source : ANSM, 10 mars 2016.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Comment sortir son ado de la drogue ?

 

Nos conseillers santé vous aident à trouver des solutions.

 

En savoir plus

ECHANGER