Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Ostéoporose : dans l'attente de progrès majeurs

Actualités santé

Ostéoporose : dans l'attente de progrès majeurs

[ Publié le 6 janvier 2016 ]

Epidémiologie, diagnostic et traitement : il y a du nouveau sur l'ostéoporose. Le point avec le Dr Michael McClung, co-président du comité de programme de la réunion de l'_American Society for Bone and Mineral Research_ (ASBMR) qui a eu lieu en octobre 2015 à Seattle aux Etats-Unis.

osteoporose-060115

Les spécialistes de l'ostéoporose partagent une même préoccupation : comment se fait-il que l'intérêt pour le dépistage et le traitement de cette maladie soit aujourd'hui en baisse, pratiquement partout ? Comment se peut-il également, que les pays les plus développés soient de moins en moins actifs et vigilants dans ce domaine, alors même que leurs populations à risque - les personnes âgées en l'occurrence - sont en pleine expansion ? Cette évolution n'est malheureusement pas liée à un recul de la maladie. Selon l'International Osteoporosis Foundation (IOF) "une femme sur trois et un homme sur cinq dans le monde sont à risque de fracture ostéoporotique". Environ une fracture ostéoporotique survient toutes les 3 secondes...

Ostéoporose, une maladie oubliée ?

Les spécialistes ont aussi un autre sujet de préoccupation : l'accroissement significatif du nombre de fractures qui surviennent dans des couches de population jusqu'à présent épargnées par la maladie.  L'obésité, le diabète par exemple, sont deux facteurs de risque bien réels, qui viennent tout juste d'être identifiés. Il y a là un motif d'inquiétude majeure : le surpoids affecte de 30% à 60% de la population dans les pays développés, qui comptent par ailleurs 15% à 30% d'obèses.

Dès 2001 - et alors même que ces derniers éléments n'étaient pas connus - l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dénonçait "l'insupportable épidémie" représentée par l'ostéoporose au niveau mondial. Dans un film diffusé en 7 langues, elle adressait aux professionnels, aux politiques et au grand public une mise en garde et un appel à la vigilance. Le Dr Michael McClung est l'un des professionnels les plus au fait de cette maladie. Basé à Portland, dans le nord-ouest des Etats-Unis, il œuvre depuis plus de 40 ans à l'étude de l'ostéoporose, et au développement de stratégies souvent originales de dépistage et de prise en charge thérapeutique.

Ce fondateur de l'Oregon osteoporosis Center de Portland est désormais engagé à bien des niveaux : il enseigne et consulte toujours à Portland, mais il passe aussi une grande partie de son temps à diffuser les connaissances au-delà des frontières de son pays. Ainsi est-il très actif en Amérique latine, où il a participé à la mise en place et au développement local de sociétés savantes pour l'étude et le contrôle de l'ostéoporose. "Tout comme les autres maladies, l'ostéoporose ne connaît pas de barrières. Les différences politiques et culturelles ne s'appliquent pas à son développement dans ces pays, et je pourrais bien entendu délivrer partout les mêmes messages, fournir les mêmes réponses aux mêmes questions."

Un traitement d'ici moins de 5 ans ?

Michael McClung partage naturellement l'inquiétude de ses confrères face au désintérêt croissant des pouvoirs publics - mais aussi des professionnels - pour le diagnostic précoce et la prise en charge de l'ostéoporose. Il ne perd cependant pas espoir. "Il faudra bien qu'à un moment ou un autre, on réalise qu'il est plus efficace et moins onéreux de prévenir les fractures dues à l'ostéoporose que d'assurer la prise en charge à long terme de leurs victimes, en perte d'autonomie." Plus encore, il est résolument optimiste pour l'avenir. "D'ici moins de 5 ans, nous disposerons certainement d'un traitement efficace permettant de changer la donne."

Un anticorps monoclonal

Aujourd'hui, même les médicaments les plus efficaces ne permettent pas de reconstruire de l'os. Tout ce qu'ils peuvent faire, c'est ralentir la progression de la maladie. Or les développements actuellement en cours permettent d'espérer une percée majeure. Un anticorps monoclonal, actuellement en cours d'essais cliniques de Phase III, permettrait de restaurer la densité osseuse. Après un traitement de quelques mois à un an, il ne serait plus nécessaire que de mettre en œuvre une surveillance régulière, éventuellement assortie d'une prévention secondaire, comme pour certaines maladies cardio-vasculaires.

Source : American Society for Bone and Mineral Research (ASBMR), Seattle, 8-11 Octobre 2015.

Mot-clef : Ostéoporose

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER