Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Produits laitiers : le risque cardiovasculaire perd du terrain

Actualités santé

Produits laitiers : le risque cardiovasculaire perd du terrain

[ Publié le 14 décembre 2015 ]

Les acides gras saturés et les lipides des produits laitiers ont longtemps été accusés d'augmenter le risque de maladies cardiovasculaires. Qu'en est-il aujourd'hui ? Le point à l'occasion du 12e Congrès de Nutrition de Federation of European Nutrition Societies.

produits-laitiers-141215

"La plupart des acides gras saturés n'augmente pas le risque de maladies cardiovasculaires", explique le Pr Philippe Legrand, directeur du laboratoire de Biochimie-Nutrition humaine de l'Institut national de recherche agronomie (INRA, Rennes).

Un effet cardio-protecteur

Preuve à l'appui, l'étude française MONA-LISA-NUT. Menée sur 3.078 volontaires âgés de 35 à 64 ans pendant 10 ans, cette dernière prouve que "le risque de mortalité cardiovasculaire est diminué de 30% chez les gros consommateurs de produits laitiers, pour passer à 59% après 15 ans de suivi", explique le Pr Jean Ferrières, cardiologue au CHU de Toulouse et chercheur INSERM, également présent au congrès berlinois. "Par leur teneur en acides gras saturés et en calcium, les fromages exercent un effet cardio-protecteur particulièrement important, et s'intègrent - sauf contre-indication - dans un régime alimentaire équilibré et varié", complète-t-il.

Comment s'y repérer ?

Contrairement à ce que les scientifiques ont longtemps cru, les acides gras saturés ne font pas partie d'une seule et même famille. "Chacun a son origine, son métabolisme, sa fonction", insiste le Pr Legrand. Ainsi, tout comme les omégas 3 se distinguent désormais des omégas 6 dans la catégorie des acides gras insaturés, les acides gras saturés sont eux aussi à diviser en deux catégories :

  • Les acides gras à courte et moyenne chaîne (4 à 10 atomes de carbone), dont l'apport recommandé chaque jour est de 12% de l'apport énergétique totale. Ces derniers sont contenus dans la matière grasse du lait. Rapidement utilisés par le foie et peu stockés, ils n'augmentent pas le taux de cholestérol, certains le font même baisser. 
  • Les acides gras saturés à longue chaîne (12 à 18 atomes de carbone), doivent être limités à 8% de l'apport énergétique journalier car consommés en excès, ils sont susceptibles d'augmenter le risque cardiovasculaire. D'où la nécessité de manger de tout... mais en quantité raisonnable. Cette catégorie comprend l'acide myristique, présent dans le beurre et les produits laitiers. Vient ensuite l'acide palmitique, le plus abondant des acides gras alimentaires retrouvé dans certains produits d'origine animale et végétale comme l'huile de palme. Mais aussi dans le coprah, ingrédient fréquemment utilisé dans les produits transformés. Et pour finir l'acide stéarique. Il entre dans la composition de la viande transformée et du lait des ruminants. "Ces 3 acides gras saturés sont les seuls à favoriser le risque cardiovasculaire dès lors qu'ils sont consommés en excès", note le Pr Jean Ferrières. 

Et les autorités ? L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) s'est également prononcée sur le sujet. Contrairement aux acides gras trans industriels utilisés pour la préparation des gâteaux et des viennoiseries, "les acides gras saturés naturels contenus dans les produits laitiers n'augmentent pas le risque cardiovasculaire", confirmait l'organisation en août 2015 à partir d'une méta-analyse de 73 études.

Source : 12ème Congrès de Nutrition de la FENS (Federation of European Nutrition Societies), Berlin les 20 et 21 octobre.

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Cholestérol, hypertension : votre médecin vous conseille de perdre du poids.

Nos diététiciennes vous aident à modifier vos habitudes alimentaires !

En savoir plus

ECHANGER