Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Lait : des bénéfices et des risques

Actualités santé

Lait : des bénéfices et des risques

[ Publié le 17 décembre 2015 - mis à jour le 16 décembre 2015 ]

Le lait est connu pour renforcer le capital osseux et les défenses immunitaires, mais il est également incriminé dans des pathologies telles que l'intolérance et l'allergie au lactose. Deux points abordés lors de la 12e Conférence européenne de la nutrition récemment organisée à Berlin.

lait-benefices-risques-171215

Selon un sondage réalisé par le Centre national interprofessionnel de l'économie laitière (Cniel) en 2013, seul 1 Français sur 10 estime que le lait ne présente pas de réels bénéfices pour la santé. Pourtant, les Français consomment en moyenne 2,1 produits laitiers par jour. Contre 3 portions recommandées par le Programme national nutrition santé (PNSS).

Soumis à un régime alimentaire, nombreux sont ceux qui se refusent à avaler la moindre goutte de lait. Outre les motivations individuelles de supprimer ce liquide de l'alimentation, certains n'ont pas d'autres choix que l'éviction de cette boisson. En cause :

  • Une intolérance au lactose, autrement dit la difficulté naturelle à digérer ce sucre contenu dans le lait à l'âge adulte. Appelée hypolactasie primaire, ce trouble trouve son origine dans la diminution de l'enzyme lactase au fil des années. La concentration en lactase est maximale chez le nouveau-né. Elle est seulement de 5% et 10% de sa valeur initiale chez l'adulte. Affectant 2/3 de la population mondiale, cette difficulté à digérer le lait se traduit par des ballonnements, maux de ventre et diarrhées. L'intolérance au lactose peut être la conséquence d'une affection de l'intestin grêle (gastro-entérite, la maladie coeliaque, la maladie de Crohn ou encore le syndrome de l'intestin irritable). Elle ne doit pas être confondue avec l'allergie aux protéines de lait. Plus rare et bien plus grave, cette dernière se traduit par des troubles digestifs (vomissements, diarrhées), respiratoires (congestion nasale, toux, éternuement) et dermatologiques (eczéma, urticaire).
  • Une allergie au lait de vache, caractérisée par la présence de protéines allergisantes que sont les caséines et les béta-lactoglobuline. Chaque année en France, on estime que 8.000 à 24.000 nouveau-nés naissent avec cette fragilité. Chez l'adulte elle est très rare : l'allergie au lait se situe au 15ème rang des allergies alimentaires. 

Toute suspicion d'intolérance au lactose ou d'allergie au lait de vache doit faire l'objet d'un diagnostic médical. Supprimer le lait de l'alimentation par précaution présente, chez un enfant en pleine croissance, un risque de carences en calcium et en nutriments, pourtant essentiels pendant les trois premières années de vie. Enfin, en cas d'intolérance ou d'allergie avérée, sachez que le calcium ne se trouve pas que dans le lait ! Les fruits, les sardines, le cresson, le thym et la cannelle constituent de bonnes alternatives.

Sources : 21ème Conférence européenne de la nutrition organisée les 20 et 21 octobre à Berlin. Site Ameli.fr.

Mot-clef : Alimentation

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

logo_3935_ColDroite


Besoin d'un relais près de chez vous ?
 

Un soutien pour votre quotidien près de chez vous ? Nos conseillers santé vous donnent les coordonnées d'associations de patients.

 

En savoir plus

ECHANGER