Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > En cas de bronchiolite, les Urgences, c'est pas automatique

Actualités santé

En cas de bronchiolite, les Urgences, c'est pas automatique

[ Publié le 11 décembre 2015 ]

En cette période de l'année, les cas de bronchiolite chez l'enfant sont nombreux. Tous ne nécessitent pas de se rendre aux Urgences. Voici quelques conseils pour y voir plus clair.

bronchiolite-antibiotique-nourisson-111215

L'hiver est souvent synonyme de pathologies respiratoires (bronchiolite...). Ces dernières entraînent un afflux important d'enfants aux urgences pédiatriques. "Cette situation difficile depuis une quinzaine de jours s'est encore accrue le week-end dernier", s'alarme l'Agence régionale de santé (ARS) Pays de la Loire. A la clé, des délais d'attente et de prise en charge toujours plus longs.L'ARS tient donc à rappeler qu'il existe souvent une alternative aux urgences.

Consultez au plus vite

Le premier conseil relève du bon sens : il ne faut pas attendre. Lorsqu'un enfant est malade, le plus simple est de consulter son médecin traitant au plus vite. "Cela évite bien souvent l'aggravation des symptômes", assure l'ARS.

Faites-vous conseiller par un professionnel

Second précepte : "téléphonez avant de vous déplacer". En composant le "15" vous serez mis en relation avec un médecin. Cet échange téléphonique permet au professionnel de santé d'évaluer chaque cas pour trouver la solution adaptée au problème. Il peut apporter un conseil ou orienter le patient vers un praticien de garde.

Que faire en cas d'alerte la nuit ou le week-end ?

Après 20h, la nuit, le week-end ou les jours fériés, la permanence des soins en médecine ambulatoire (PDSA) est assurée. Dans la mesure où chaque département possède son propre service, rendez-vous sur le site de votre Agence régionale de Santé pour trouver le numéro d'une PDSA. Rappelons que la bronchiolite est une maladie des petites bronches due à un virus répandu et très contagieux. Chaque hiver ce sont plus de 30 % des nourrissons qui sont touchés. Et actuellement, elle bat son plein ! Elle se transmet par la salive, les éternuements, la toux et par les mains.

Source : ARS Pays de la Loire, 4 décembre 2015

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER