Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Les omégas 3 n'empêchent pas le déclin du cerveau

Actualités santé

Les omégas 3 n'empêchent pas le déclin du cerveau

[ Publié le 5 septembre 2015 ]

Maintes fois vantés pour leurs bienfaits sur le cerveau, les acides gras oméga 3 ne ralentiraient pas le déclin cognitif chez les personnes âgées. C'est ce que montrent des médecins américains au terme d'une vaste étude.

complements-alimentaires-omega3-040915

Aux Etats-Unis, le Pr Emily Chew exerce au sein de l'Institut américain de l'œil (National Eye Institute). Depuis plusieurs années, elle dirige l'étude AREDS, consacrée à l'impact des compléments alimentaires sur l'évolution de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Un travail qui a montré qu'une prise quotidienne d'une dose élevée de certains antioxydants et minéraux - la formulation dite AREDS - était susceptible de ralentir la progression de cette maladie. Dans la version 2 de ce travail, le Pr Chew et ses collaborateurs ont étendu leurs investigations au déclin cognitif. Au total, près de 4.000 hommes et femmes, âgées en moyenne de 72 ans, ont été suivis pendant 5 ans. Et pour l'ensemble des participants, le même schéma : l'étude a commencé puis s'est terminée par une évaluation de leurs capacités cognitives.

Des travaux complémentaires

Ils ont été divisés en 3 groupes randomisés, l'un recevant un placebo, les autres des nutriments tels que la lutéine et la zeaxanthine retrouvés dans de nombreux légumes ou des compléments à base d'acides gras omégas 3. Conclusion de Chew : "contrairement aux idées reçues, nous n'avons pas observé d'effet bénéfique d'une supplémentation en oméga 3 sur le déclin cognitif".

Les auteurs vont réaliser des travaux complémentaires afin de déterminer si le fait de les donner plus tôt dans la vie peut exercer un impact sur ce déclin. Ils s'attacheront enfin à évaluer les effets du régime alimentaire dans son ensemble, en particulier l'influence des oméga 3 issus directement des aliments (poissons gras...). En attendant, ne les bannissez pas pour autant. Ils font pleinement partie d'une assiette équilibrée et diversifiée.

Source : Journal of the American Medical Association (JAMA).

Mot-clef : Alimentation

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

logo_3935_ColDroite

Peur de prendre du poids avec la ménopause ?

Nos diététiciennes vous conseillent.

En savoir plus

ECHANGER