Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Antioxydants et oméga 3 : un duo efficace pour protéger la rétine

Actualités santé

Antioxydants et oméga 3 : un duo efficace pour protéger la rétine

[ Publié le 9 juillet 2015 ]

Des chercheurs de l'INSERM ont vérifié l'efficacité de l'association antioxydants et oméga 3 pour protéger la rétine et prévenir une éventuelle dégénérescence.

antioxydant-yeux-090715

"Des études relatent des bénéfices, pas toujours très clairs d'ailleurs, de composants isolés : certaines vitamines, les oméga-3... Mais aucune évaluation médicale n'est effectuée lors de la mise sur le marché d'un mélange de ces molécules", explique Isabelle Ranchon-Cole, responsable du projet à l'INSERM. "Nous avons voulu tester la capacité réelle de l'un de ces produits à protéger la rétine dans un contexte de dégénérescence induite par la lumière".

Dans ce but, durant une semaine, les chercheurs ont enrichi l'alimentation de rats à l'aide d'un complément nutritionnel contenant des antioxydants, de l'huile de poisson riche en acides gras oméga-3 et des oligoéléments. Un second groupe d'animaux, a reçu de l'eau à la place du complément. Après la semaine de supplémentation, certains animaux ont été exposés à une lumière cyclique (12 heures de lumière, puis 12h de nuit) de forte intensité. Cette exposition déclenche normalement chez eux une dégénérescence de la rétine. A noter que les rats vivaient jusque-là dans un milieu faiblement éclairé.

Des effets visibles en 7 jours

Les chercheurs ont alors constaté que cette simple semaine a suffi pour entraîner, entre autre, une modification de la composition lipidique des rétines, sans altération de la structure, et de leur fonction globale. De plus, "ce complément nutritionnel a permis de protéger les rétines de la dégénérescence induite par la lumière, alors que ce phénomène délétère était flagrant chez les animaux contrôles", poursuit Isabelle Ranchon-Cole. Seul bémol, "les doses quotidiennes utilisées dans cette étude étaient proportionnellement supérieures à celles consommées par l'Homme et la durée du traitement plus courte. Par conséquent, il serait intéressant d'évaluer l'effet de doses moins importantes administrées plus longtemps", précise la chercheuse.

Source : INSERM, unité 1107 INSERM/Université d'Auvergne, laboratoire de Biophysique neurosensorielle, Clermont-Ferrand.

Mot-clef : Antioxydant

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés