Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Alcool et grossesse : les Irlandaises font la sourde oreille

Actualités santé

Alcool et grossesse : les Irlandaises font la sourde oreille

[ Publié le 29 juillet 2015 ]

*Les risques liés à l'alcool chez la femme enceinte font l'objet de nombreuses campagnes de prévention. Pourtant, selon des chercheurs britanniques, le maintien de cette consommation pendant la grossesse est encore fréquent, "en particulier au Royaume-Uni, en Irlande, en Australie et en Nouvelle-Zélande". *

alcool-grossesse-irlande-290715

Zéro alcool pendant la grossesse ? Le message ne passe pas partout, notamment en Irlande. En Occident, l'usage d'alcool chez les femmes en âge de procréer est très fréquent. Dès lors qu'elles tombent enceintes, et malgré l'information sur les risques pour le développement de l'enfant, certaines ne parviennent pas à arrêter de boire pendant leur grossesse.

80% des Irlandaises boivent pendant la grossesse

Des chercheurs britanniques se sont notamment penchés sur les conclusions de la cohorte SCOPE (pour International Screening for Pregnancy Endpoints). Résultat, "en Irlande, 80% des futures mamans continuent de boire pendant leur grossesse, contre 45% au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande", révèlent les auteurs de cette étude publiée dans le British Medical Journal. Au pays de Samuel Beckett, elles seraient même 45% à s'adonner au "binge drinking" (l'alcoolisation rapide et massive) en cours de grossesse. A titre de comparaison, en France, un peu plus de deux femmes sur dix expliquent avoir bu au moins une fois dans les 9 mois précédant l'arrivée de l'enfant.

Les fumeuses les plus recalcitrantes

Selon leurs conclusions, certaines catégories de femmes enceintes ont moins tendance à boire de l'alcool : celles ayant déjà des enfants, un haut niveau d'éducation, et celles en surpoids et obèses. En revanche, les fumeuses peinent à se débarrasser de l'alcool. Entre 17% et 50% des fumeuses enceintes n'ont pas cessé de boire. Pourtant, "même un usage modéré d'alcool peut freiner ou altérer le développement du fœtus puis de l'enfant", rappellent les chercheurs. "La plus raisonnable des décisions consiste donc à arrêter de boire", concluent-ils inquiets de "l'ampleur que prend ce fléau". L'exposition de l'enfant à l'alcool dans le ventre de sa mère entraîne un risque élevé de syndrome d'alcoolisation foetale (SAF).

Source : British Medical Journal.

Mots-clefs : Alcoolisme , Alcoolisme foetal

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER