Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Moustique tigre : le sud de la France sous surveillance

Actualités santé

Moustique tigre : le sud de la France sous surveillance

[ Publié le 18 juin 2015 ]

Implanté dans 20 départements du sud de la France, le moustique tigre inquiète les autorités sanitaires du pays. Cet insecte est en effet responsable de la transmission de plusieurs maladies telles que la dengue ou le chikungunya. Un système de surveillance a donc été mis en place pour contenir au maximum la progression géographique du moustique.

moustique-france-180615

Aussi gros qu'une pièce d'un centime d'euro, l'Aedes albopictus, plus connu sous le nom de moustique tigre, ne cesse de progresser dans le sud de la France. Vecteur de la dengue et du chikungunya, il inquiète de plus en plus les autorités sanitaires du pays.

"Depuis 2004, le moustique vecteur Aedes albopictus s'est progressivement implanté dans plusieurs départements méditerranéens, puis il a étendu son implantation", explique l'Agence régionale de santé (ARS) du Languedoc-Roussillon. En mai 2015, il est implanté dans 20 départements : Alpes-Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence, Var, Haute-Corse, Corse-du-Sud, Bouches-du-Rhône, Vaucluse, Gard, Hérault, Aude, Pyrénées Orientales, Haute-Garonne, Lot-et-Garonne, Drôme, Ardèche, Isère, Savoie, Rhône, Saône-et-Loire et Gironde. Fort heureusement, la France n'a pas encore déclaré d'épidémies dans ces départements.

Une progression à surveiller
En 2010 dans les Alpes-Maritimes et le Var, deux cas autochtones de dengue et deux autres de chikungunya ont été identifiés. En 2013 et en 2014, dans les Bouches-du-Rhône, un cas autochtone de dengue a été recensé. En 2014, la ville de Montpellier a enregistré onze cas de chikungunya. Autant de données épidémiologiques qui ont amené les autorités à réagir et à mettre en place un système de surveillance. "Ce dernier vise à détecter l'activité du moustique afin d'agir le plus tôt possible pour ralentir sa progression géographique", précise l'ARS du Languedoc-Roussillon.

Ainsi, l'Entente interdépartementale pour la démoustication (EID), missionnée par les Conseils départementaux, surveille et cartographie l'implantation du moustique et son évolution. Lors d'un cas avéré de dengue ou de chikungunya, validé par l'ARS, l'EID réalise un traitement anti-larvaire et/ou anti-adulte autour des zones habitées concernées. Par ailleurs, un site de signalement de la présence de moustiques tigres a été mis en oeuvre pour les particuliers à l'adresse suivante : www.signalement-moustique.fr.

Source : ARS Languedoc-Roussillon, 15 juin 2015.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER