Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Vers un nouveau traitement de l'endométriose sévère

Actualités santé

Vers un nouveau traitement de l'endométriose sévère

[ Publié le 6 janvier 2015 ]

L'endométriose est une maladie gynécologique à l'origine de douleurs et parfois d'une infertilité. Des chercheurs pourraient avoir mis au jour l'une des causes de sa forme sévère.

endiometrose-uterus-stress-maladie-050115

Selon une équipe de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) de l'hôpital Cochin (Paris), l'endométriose sévère serait fortement associée au stress oxydatif. Leurs travaux suggèrent qu'en bloquant ce phénomène, il serait possible d'inhiber la prolifération des cellules endométriales.

Système de détoxification
Le stress oxydatif est lié au fait que notre organisme produit en permanence des substances toxiques pour nos cellules : les radicaux libres. Normalement, un système de détoxification permet de s'en débarrasser. Mais parfois, cela n'est pas suffisant. Les radicaux libres vont alors s'accumuler et provoquer de nombreux dégâts. C'est ce que les spécialistes appellent le stress oxydatif. Quant à l'endométriose, elle est caractérisée par la présence de cellules de l'endomètre en dehors de l'utérus. Dans les formes sévères, la migration gagne différents organes comme les ovaires, la vessie ou encore la paroi intestinale. Elle provoque des douleurs, en particulier au moment des règles, et parfois une infertilité.

Un phénomène à l'étude
Les chercheurs de l'hôpital Cochin ont prélevé du liquide péritonéal chez 150 jeunes femmes atteintes d'endométriose et y ont recherché des protéines oxydées. Ils ont observé chez les femmes présentant une forme sévère de la maladie, un stress oxydatif majeur au niveau du péritoine. "A ce stade nous ne savons pas si l'endométriose est à l'origine de ce stress ou si c'est l'inverse", explique Pietro Santulli, co-auteur de ces travaux. Les scientifiques ont commencé à tester l'effet de molécules qui interagissent avec les voies du stress oxydatif in vitro et in vivo chez la souris. Ils espèrent en identifier une qui freinera la multiplication et la diffusion des cellules endométriales.

Source : Inserm, 8 décembre 2014.

(Destination santé ©)

Mot-clef : Endométriose

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER