Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Enceinte et stressée : le fœtus pourrait être impacté

Actualités santé

Enceinte et stressée : le fœtus pourrait être impacté

[ Publié le 27 janvier 2015 ]

Pendant la grossesse, les hormones du stress pourraient impacter le développement du fœtus. C'est la conclusion d'une récente étude menée sur des animaux.

grossesse-stress-foetus-270115

Pendant la grossesse, un stress éprouvé par la future mère aurait-il un impact sur le fœtus ? Rien de sûr pour l'espèce humaine, mais des chercheurs américains viennent d'en faire l'expérience chez la souris. Une forte tension nerveuse éprouvée par les femelles gravides perturbe les système hormonaux et digestifs.

Poids de l'enfant
"Pendant la grossesse, le stress de la mère peut affecter la nutrition fœtale et faire chuter la courbe de poids normal du petit", viennent de prouver les chercheurs d'une étude récemment publiée dans la revue américaine The Journal of physiology. En effet, sous l'effet du le stress, "les femelles gravides s'alimentent davantage, la régulation glycémique s'altère et le glucose issu de la digestion est mal acheminé jusqu'au petit alors exposé au risque de malnutrition".

Deux hormones
Pour le prouver, les chercheurs ont injecté à des souris enceintes deux hormones : la corticostérone, sécrétée par le cortex du cerveau, centre des fonctions sensorielles et motrices. La seconde hormone était du glucocorticoïde, dont la concentration sanguine augmente en cas de tension nerveuse. Au total, 20 femelles ont été stimulées par ces hormones entre la 11e et 16e semaine de gestation, 31 en ont reçu entre la 14e et la 19e, et 74 n'ont reçu aucune injection. Résultat, toutes les souris sous hormones - quel que soit le stade de la grossesse - augmentaient leur ration alimentaire, comme si le stress les poussait à manger davantage. L'équipe du Dr Owen Vaughan a ensuite observé chez ces dernières un ralentissement de l'activité du pancréas. Cet organe impliqué dans le processus de digestion assurait moins bien sa fonction principale : acheminer les sources de glucose pour nourrir l'enfant. "Influés par le stress, les taux élevés des glucocorticoïdes dans le sang de la mère ont donc freiné le transport de ce glucose dans le sang. En conséquence, les fœtus ont reçu moins de sucres et perdu du poids", décrit le Dr Owen Vaughan en charge de l'étude.

Source : The Journal of physiology, le 25 janvier 2015.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite

Bébé vient d'arriver : comment retrouver ses formes en gardant la forme, même en allaitant !

Nos diététiciennes vous conseillent.

En savoir plus