Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Grossesse : la pollution augmenterait le risque d'autisme

Actualités santé

Grossesse : la pollution augmenterait le risque d'autisme

[ Publié le 31 décembre 2014 ]

Selon une récente étude, être exposée à des taux élevés de pollution aux particules fines durant la grossesse augmenterait le risque d'autisme chez l'enfant à naître.

grossesse-pollution-augmente-risque-autisme-301214

Ce constat inquiétant ressort d'un travail réalisé par des médecins américains. Le Pr Marc Weisskopf et son équipe de la Harvard School of Public Health (HSPH) ont travaillé à partir de la Nurses'Health Study II. Cette étude a été lancée en 1989 aux Etats-Unis auprès de 116.000 infirmières âgées de 25 à 42 ans.

245 enfants concernés
Le travail de Weisskopf a consisté à croiser les données issues des grossesses des femmes suivies, celles concernant leur lieux d'habitation et enfin celles relatives aux taux de pollutions aux particules fines. Notamment les plus petites (2,5 micromètres, appelées PM 2,5), susceptibles de se loger au plus profond des cellules. Au total, 245 enfants nés au cours de cette étude souffraient de troubles du spectre de l'autisme (TSA). D'après les scientifiques, l'exposition à une pollution aux PM 2,5 en cours de grossesse est associée à une augmentation du risque.

Des preuves "relativement solides"
Les auteurs expliquent même que celui-ci peut être deux fois plus important par rapport à des futures mamans qui vivent dans un environnement plus sain. Et surtout, il est potentiellement fort lorsque la pollution frappe lors du troisième trimestre de grossesse. Les poumons et le cerveau ?  "Les preuves selon lesquelles l'exposition maternelle à un air pollué augmenterait le risque d'autisme chez l'enfant à naître deviennent relativement solides", conclut Weisskopf. "Ce travail ne nous incite pas seulement à poursuivre nos recherches sur les causes de l'autisme. Il nous suggère aussi qu'il peut exister des mesures préventives". Rappelons que les particules fines -des moteurs diesel notamment- sont déjà connues pour favoriser la survenue et/ou l'exacerbation de maladies respiratoires. Une étude publiée en 2008 avait toutefois montré qu'elles pouvaient aussi perturber l'activité cérébrale.

Source : (Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus

 

ECHANGER