Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Polluants : les futures mamans moins exposées

Actualités santé

Polluants : les futures mamans moins exposées

[ Publié le 13 novembre 2014 ]

Selon les résultats d'une récente étude de l'Institut national de veille sanitaire, les femmes enceintes seraient moins exposées aux polluants de l'environnement. Les niveaux de plomb, mercure et bisphénol A ont été mesurés avec précision au sein d'une cohorte composée de futures mamans. Les données sont sans appel : les concentrations de ces substances dans l'organisme sont en baisse par rapport aux précédentes études menées sur le sujet.

img-actu-grossesse-polluant-nov2014

Bonne nouvelle ! Le niveau d'exposition aux polluants de l'environnement serait en baisse chez les femmes enceintes et leurs enfants à naître. C'est l'un des constats du programme national de biosurveillance présenté par l'Institut national de veille sanitaire (InVS). Dans le cadre de l'Etude longitudinale française depuis l'enfance (Elfe), les expositions au plomb, au mercure et au bisphénol A (BPA) ont été étudiées auprès de futures mères et de leurs enfants à naître.

Ainsi, la quantité de plomb a été dosée dans des échantillons de sang du cordon prélevés chez 1.968 mères au moment de l'accouchement. "Le métal a été détecté dans l'ensemble des échantillons, avec une concentration moyenne de 8,30 µg/L", explique l'InVS. Ces niveaux sont inférieurs à ceux mesurés dans les études antérieures réalisées en France et à l'étranger.

Plus de mercure qu'aux Etats-Unis
L'exposition au mercure a été estimée en réalisant un dosage biologique sur les échantillons de cheveux prélevés chez 1.799 mères, dans les jours suivant l'accouchement. "Près de 98% d'entre elles présentaient des concentrations détectables, avec une moyenne de 0,40 µg/g de cheveux", indique l'InVS. Là encore, les niveaux sont sensiblement plus faibles que ceux mesurés dans de précédents travaux. Ils sont toutefois plus élevés par rapport aux Etats-Unis. "Cet écart peut s'expliquer par des habitudes différentes de consommation. Les produits de la mer, par exemple, sont les principaux contributeurs à l'exposition au mercure", précise l'Institut.

Bisphénol A, une diminution en bonne voie
Concernant le bisphénol A (BPA), les analyses ont été réalisées sur les échantillons d'urine de 1.764 mères, prélevés lors de leur admission en maternité. Plus de 90% d'entre elles présentaient des traces de BPA, avec une moyenne de 0,70 µg/L. Ces concentrations sont également inférieures à celles observées dans d'autres études. "La substitution progressive du BPA, dans les matières plastiques et les résines en contact avec les denrées alimentaires, constitue une première piste pour expliquer ces résultats", conclut l'InVS.

Sources : Institut national de veille sanitaire et Etude longitudinale française depuis l'enfance, 12 novembre 2014.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite

Bébé vient d'arriver : comment retrouver ses formes en gardant la forme, même en allaitant !

Nos diététiciennes vous conseillent.

En savoir plus