Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Don de rein de son vivant : une technique encore peu pratiquée

Actualités santé

Don de rein de son vivant : une technique encore peu pratiquée

[ Publié le 13 octobre 2014 ]

L’Agence de la biomédecine renouvelle sa campagne d’information intitulée "Un don en moi". Objectif : faire connaître aux Français les bénéfices de la greffe de rein à partir de donneur vivant.

img-actu-octobre-don-rein-technique-peu-pratiquee

Deux traitements existent aujourd'hui pour un patient dont les reins n'assurent plus leur rôle d'épuration. Ainsi les malades touchés par une insuffisance rénale terminale peuvent-ils bénéficier de la dialyse, ou d'une greffe. La technique consistant à prélever un rein sur donneur vivant serait plus efficace.

Dons de conjoints, frères et sœurs
"La greffe est le meilleur traitement de l'insuffisance rénale chronique terminale, surtout si le rein greffé provient d'un patient en vie", rappelle l'Agence de la biomédecine, à l'occasion de la Journée européenne du don d'organes et de la greffe, organisée le 11 octobre. L'an dernier, 3.074 patients ont pu bénéficier d'une greffe, 401 reins ont été prélevés chez un donneur en vie. "Soit 13 % du total des greffes rénales réalisées cette année-là. Contre 12,3 % par rapport à 2012", indique l'Agence de la biomédecine. Un progrès dû à l'augmentation des dons de conjoints (+ 111 %) et de frères et sœurs (+ 69,5 %) des malades.

Anticiper la démarche
En 2013, sur les 14.336 patients en attente d'un rein, seuls 21,4 % ont effectivement pu être greffés dans l'année. La greffe rénale à partir de donneur vivant est souvent ignorée des patients et de leurs proches, parfois peu proposée par certaines équipes médicales.  Et pourtant comme le rappelait les auteurs du plan greffe 2012-2016, cette technique permet :
- Des délais d'attente raccourcis. En moyenne, un patient attend un an avant de bénéficier d'une greffe de rein à partir d'un donneur décédé. Pour un donneur vivant, la greffe est possible dans des délais beaucoup plus courts, en particulier pour les malades qui possèdent un groupe sanguin rare. Or au stade terminal de la maladie, anticiper la transplantation permet de meilleurs résultats d'espérance et de qualité de vie.
- Des passages moins fréquents par la dialyse. Ce traitement lourd et contraignant impose aux patients d'être hospitalisés trois jours par semaine pour quatre heures de séance de dialyse quotidienne. "Le recours à un donneur vivant permet de raccourcir cette période de dialyse, voire de la supprimer", souligne l'Agence de la biomédecine.
- Des greffons plus efficaces, plus longtemps. Les conditions de transplantation sont bien meilleures lorsque le prélèvement est effectué à partir d'un donneur vivant. Greffé sans délai, le nouveau rein reprend efficacement et rapidement ses fonctions d'épuration. Ainsi dix ans après la greffe, 77 % des greffons prélevés sur donneur vivant continuent de fonctionner, contre 63 % pour les greffes à partir de donneur décédé.

Profil du donneur
Qui peut donner ? Les personnes en bonne santé, majeures, ayant un lien familial avec le patient, peuvent effectuer un don. Et depuis 2011, la loi de bioéthique autorise aussi toute personne en mesure de fournir une preuve de lien affectif étroit et stable, depuis au moins deux ans avec le receveur, à donner l'un de ses reins. Rappelons que cette démarche nécessite une réflexion de la part du patient et de son entourage. "Informer les malades et leurs proches le plus tôt possible permet au donneur potentiel et au receveur de mûrir progressivement leur décision", rappelait à ce sujet la Haute Autorité de santé en juin 2012.

Pour aller plus loin : Consultez le site Dondorganes.fr, la page Facebook "Don d'organes, je le dis" et le fil Twitter @ag_biomedecine.

Source : Agence de la biomédecine, octobre 2014.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER