Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Comment faire pour se sentir bien dans sa tête ?

Actualités santé

Comment faire pour se sentir bien dans sa tête ?

[ Publié le 7 octobre 2014 ]
Cliquez sur les visuels agrandir

Nul besoin d’être malade pour chercher à entretenir sa santé mentale. Le bien être est même une quête légitime. Reste que l’environnement (stress, pression professionnelle, etc.) retentit parfois de manière négative sur notre état général. Quelques réflexes simples peuvent cependant suffire à se sentir bien, dans toutes les circonstances de la vie.

 

Manque d’assurance, pression au travail, problèmes conjugaux ou difficultés sociales... Nombre de facteurs peuvent influer sur notre état d’esprit au quotidien. Et lorsque notre humeur est affectée, notre corps ne tarde pas à encaisser à son tour. Insomnies, stress permanent, burn-out, voire dépression nous guettent alors. « L’obligation d’être toujours au top, toujours performant, multitâche, etc., est un grand facteur de pression de notre société actuelle, constate Rebecca Shankland, psychologue et maître de conférence à l'université de Grenoble-Alpes. Et cette pression, notamment en France, s’exerce dès le plus jeune âge, c'est-à-dire dès l’école. Tout ceci nuit à la confiance, à l’estime de soi et concourt à l’augmentation des troubles anxieux et dépressifs. »

 


La bonne nouvelle, c’est que l’aptitude au bonheur, nous l’avons tous. Et même s’il y a des environnements plus ou moins propices, des exercices réguliers ou des réflexes à acquérir peuvent nous aider à nous sentir enfin en phase avec nous-mêmes.  

 

Se laisser surprendre

La psychologie positive, lancée en 1998 par l’Américain Martin Seligman, est un des moyens d’apprendre à prendre la vie du bon côté. « Elle développe des compétences et propose de s’exposer à des expériences et des relations qui favorisent un mieux-être, explique Rebecca Shankland. Cela consiste, par exemple, à s’entraîner à reconnaître davantage ce que l’on reçoit des autres ou à repérer les moments qui nous font du bien au cours d’une journée. »

 

Pour être bien dans sa tête, il convient effectivement d’intégrer quelques notions-clés. Première d’entre elles, abandonner l’idée selon laquelle on peut tout contrôler, en particulier ses pensées et ses émotions, et accepter d’aller à la rencontre de celles-ci sans les fuir ni les craindre. « Ainsi, les émotions négatives peuvent passer par notre champ de conscience et repartir, comme un oiseau qui passe dans le ciel. L’objectif est de ne pas les laisser nous envahir », poursuit la psychologue.

 

Il faut également s’efforcer de développer des habitudes et des relations qui permettent de se sentir mieux au quotidien. Travailler sa capacité à l’émerveillement en fait partie. « Même si on a l’habitude, le matin, d’emprunter un chemin, il faut faire comme si c’était la première fois chaque jour. C’est la même chose avec les proches, chaque rencontre doit être la première. » Autre point important : la chance ou le hasard n’ont rien à voir avec le bonheur. Par nos choix, nous sommes à même de le provoquer. Chacun peut donc s’exercer quotidiennement pour aller mieux sur le plan mental, comme on s’entraîne à courir pour aller bien sur le plan physique.

 

Ecouter son rythme naturel

D’autres facteurs, plus concrets, peuvent facilement être mis en pratique. « Pour être bien dans sa tête, il faut être en accord avec sa programmation, son rythme naturel, souligne le Dr Patrick Lemoine, psychiatre. Cela revient à respecter les horaires de sommeil qui nous conviennent, à savoir faire des micro-siestes de vingt minutes si besoin est, à veiller à son alimentation, à obéir à nos goûts. Bien se connaître et respecter ses rythmes, c’est essentiel pour aller bien. » L’harmonie conjugale, familiale, relationnelle ou l’équilibre professionnel sont également nécessaires à notre bien-être psychologique. « De manière générale, le fait de se conformer à sa nature et d’être accepté comme on est ouvre forcément la voie du bonheur », note le Dr Lemoine.

 

Et lorsque les passages à vide se font trop fréquents, il ne faut pas hésiter à se faire aider. Sans nécessairement recourir à des médicaments, en tout cas pas dans un premier temps, conseille le Dr Lemoine. « Toutes les techniques qui vont du karaté, de l’escrime à la pleine conscience en passant par l’hypnose, l’homéopathie, la relaxation ou les thérapies comportementales et cognitives (TCC), ont pour but d’aider la personne à s’accepter et à s’aimer davantage, développe-t-il. L’une de ces méthodes nous convient forcément.  » Il ne reste plus qu’à trouver laquelle.  

 

Ariane Langlois (Tribune Santé)

  

En savoir plus

La psychologie positive, Rebecca Shankland, éd. Dunod (2014, 2e édition), 16,90 €

Soigner sa tête sans médicaments... ou presque, Patrick Lemoine, éd. Robert Laffont (2014), 21 €

 

Cinq exercices pour être plus heureux

1. Une fois par semaine, notez 5 choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant.

 

2. Ecrivez une lettre de gratitude à un proche pour lui faire part de la place importante qu’il tient dans votre vie. Plus on exprime sa reconnaissance aux autres, plus ils ont confiance en nous et ont plaisir à être avec nous : cela améliore le bonheur mutuel.

 

3. Repérez vos forces et utilisez-les davantage chaque jour.

 

4. Développez votre attention au moment présent. Exemple : prenez le temps de sentir l'eau qui coule sur vos mains lorsque vous faites la vaisselle, sentez l'air frais sur votre visage lorsque vous marchez pour aller au travail, appréciez les différentes saveurs des aliments lors du repas, etc.

 

5. Testez la « réévaluation positive », autrement dit essayez de repenser à une situation difficile en regardant ce que vous avez pu apprendre, quelles compétences ou quelles rencontres cela vous a permis de développer. Ainsi, vous pourrez mieux rebondir et redonner du sens à ce qui vous est arrivé.

 

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER