Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Allergie à la pénicilline : certains gènes en cause

Actualités santé

Allergie à la pénicilline : certains gènes en cause

[ Publié le 28 octobre 2014 ]

L'allergie à la pénicilline fait partie des allergies médicamenteuses les plus fréquentes. Des chercheurs ont identifié des gènes qui en seraient à l'origine.

img-actu-penicilline-oct2014

L'allergie à la pénicilline aurait une origine génétique. C'est en effet ce que montrent des chercheurs français de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Une découverte d'importance puisqu'à terme, elle pourrait aboutir à la mise au point d'antibiotiques qui faciliteraient le prise en charge des patients concernés.

Deux cohortes d'allergiques
Jean-Louis Guéant et son équipe Inserm (unité 954) de l'université de Lorraine ont travaillé à partir de deux cohortes de patients allergiques. Dans un premier temps, ils ont étudié le génome d'environ 380 allergiques aux bêta-lactamines, une famille d'antibiotiques comprenant la pénicilline et ses dérivés, les céphalosporines notamment. Après avoir comparé leurs résultats avec ceux de personnes non-allergiques, ils sont parvenus à isoler plusieurs gènes susceptibles d'être impliqués dans la réponse immunitaire. Ils ont ensuite vérifié s'ils retrouvaient ces gènes dans un groupe de 300 patients italiens, allergiques.

Cinq variants génétiques
Les chercheurs ont conclu à l'existence de cinq variants génétiques significativement associés au risque d'allergie aux bêta-lactamines. Trois d'entre eux trois concernent le gène codant pour la protéine HLA-DRA, protéine de surface des cellules immunitaires. Comme l'explique Jean-Louis Guéant, "les variations génétiques identifiées entrainent une modification de la structure de HLA-DRA, modifiant apparemment son affinité avec certaines molécules allergènes chimiques, dont la pénicilline. En cas de forte affinité, il en résulte une production d'immunoglobuline E (IgE) qui reconnaissent la molécule et qui sont à l'origine de la réaction allergique. Cette découverte suggère la possibilité d'utiliser des antibiotiques non reconnus par le site de liaison de HLA-DRA, chez les personnes allergiques." A condition de trouver un industriel qui accepterait de se lancer dans l'aventure...

Source : Inserm, 10 octobre 2014- JL Guéant et coll. J Allergy Clin Immunol, édition en ligne du 12 septembre 2014.

(Destination santé ©)

Mot-clef : Médicament

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus