Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > La maigreur pathologique, une maladie méconnue

Actualités santé

La maigreur pathologique, une maladie méconnue

[ Publié le 11 septembre 2014 ]

Des médecins étudient le fonctionnement de l'organisme de personnes maigres ne souffrant pas d'anorexie mentale. Ostéoporose et mutations génétiques seraient en cause.

img-actu-maigreur-pathologique-maladie

Au CHU de Saint-Etienne, des endocrinologues travaillent auprès  de patients qui souhaiteraient grossir mais qui n'y parviennent pas. Ils souffrent d'une maigreur qualifiée de "pathologique" ou "constitutionnelle". Une maladie qui serait trop souvent confondue avec une anorexie mentale.

Un indice de masse corporelle très faible
Pour comprendre les causes de de ce type de maigreur, le Pr Bruno Estour et son équipe du service d'endocrinologie, nutrition et troubles du comportement alimentaire se sont intéressés à des patients ayant un indice de masse corporelle (IMC) entre 14,5 et 16,5 kg/m². Autrement dit, très inférieur à la valeur normale comprise entre 18,5 à 25 kg/m². A partir d'examens biologiques et radiologiques, ils ont constaté que leur maigreur était uniforme, avec une "composition corporelle qui reste globalement équilibrée". Ils ont également évalués les apports caloriques sur cinq jours ainsi que les dépenses énergétiques. Résultat, ils sont aussi équilibrés. "Tous les organes de l'organisme fonctionnent normalement de même que la fonction de reproduction", ajoutent les médecins.

Des causes génétiques
"Dans certaines familles, la maigreur se rencontre sur plusieurs générations", poursuivent les auteurs. Comme si dans pareil cas, le poids de chacun était génétiquement programmé. En 2011, une équipe franco-britannique avait mis en évidence une mutation génétique au niveau du chromosome 16. Elle pourrait entraîner une augmentation rapide de la sensation de satiété. Les médecins stéphanois expliquent également que cette maigreur peut être expliquée par une ostéoporose. "Dans les études conduites à Saint-Etienne, la masse osseuse est diminuée de manière excessive dans plus de 50 % des cas dès l'âge de 20 ans. La part génétique qui intervient dans la détermination du pic de masse osseuse est impliquée dans la maigreur constitutionnelle et explique le risque de fracture du sujet maigre âgé", expliquent-ils.

Déculpabiliser, rassurer
Dans tous les cas, ils invitent leurs confrères à mieux repérer cette pathologie afin de ne pas porter à tort un diagnostic d'anorexie mentale chez une femme jeune. Mais aussi de déculpabiliser des parents qui ne supporteraient pas la maigreur de leur enfant, et surtout de rassurer des personnes maigres, souvent stigmatisées par leur entourage.

Sources : CHU de Saint-Etienne, 9 août 2014. CNRS, 31 août 2011. Nature, 31 août 2011.

(Destination santé ©)

>

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER