Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Trop de retards de croissance intra-utérins non diagnostiqués

Actualités santé

Trop de retards de croissance intra-utérins non diagnostiqués

[ Publié le 16 juin 2014 ]

Le retard de croissance intra-utérin peut être à l'origine de nombreuses complications. Une récente étude montre que son diagnostic est insuffisant.

img-actu-2014-juin-intra-uterine


Près d'une grossesse sur dix est affectée par un retard de croissance intra-utérin (RCIU). Le foetus présente alors un poids et une taille insuffisants pour son âge gestationnel. C'est la première cause de mortalité néonatale. Il occasionne en outre un grand nombre de handicaps. Pourtant, seul un cas sur cinq est diagnostiqué.

Un surcoût important
Parce qu'il nécessite une prise en charge particulière, le RCIU engendre un surcoût de dépenses hospitalières estimé en moyenne à 1.000 euros par enfant, et ce uniquement sur la période couvrant la grossesse et la 1ère année de vie. Lorsqu'il s'accompagne de prématurité, ce surcoût peut s'élever à 19.000 euros. Telles sont les conclusions de la toute première étude menée sur le sujet par la Fondation PremUp. Et ils n'étonnent guère le Dr Danièle Evain Brion, sa directrice : "C'est l'arbre qui cache la forêt, notamment si l'on prend en compte l'impact de cette pathologie sur une plus grande susceptibilité à déclarer des maladies chroniques (diabète, maladies cardiovasculaires...) à l'âge adulte. Il est donc urgent d'agir, tant en matière de prévention que de dépistage."

Zéro alcool, zéro cigarette
Les principaux messages à retenir pour les futures mamans ? La consultation préconceptionnelle est très importante. Voir son médecin dès qu'on arrête sa contraception, c'est l'assurance de mener sa future grossesse dans les meilleures conditions possibles. Beaucoup de facteurs susceptibles de perturber la bonne irrigation sanguine du placenta, et donc de favoriser le retard de croissance intra-utérin, sont évitables. A condition d'être bien suivie et bien informée. Ainsi, le tabac et l'alcool sont des facteurs importants de RCIU. Autre conseil, "une fois enceinte, il faut réaliser les trois échographies de contrôle, insiste le médecin. La première, entre la 11e et 13e semaine d'aménorrhée, est de plus en plus négligée. Or elle est primordiale pour pouvoir comparer les mesures foetales et dépister une éventuelle cassure de la courbe de croissance au cours de la grossesse."

Sources : Interview du docteur Danièle Evain Brion, directrice de la Fondation PremUp, le 12 juin 2014. Enquête menée en 2013-2014 par la Fondation PremUp sous la direction d'Isabelle Durand Zaleski, directrice de l'Unité de recherche clinique en économie de la santé Ile-De-France.

(Destination santé ©)

Mot-clef : Grossesse

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER