Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Un cas de cancer traité par le virus de la rougeole

Actualités santé

Un cas de cancer traité par le virus de la rougeole

[ Publié le 20 mai 2014 ]

Une personne atteinte d'un cancer de la moelle osseuse vient d'être traitée grâce au vaccin modifié de la rougeole. Une méthode appelée "virothérapie anti tumorale".

img-actu-2014-mai-cancer-lutte

L'histoire fait grand bruit. Aux Etats-Unis, une patiente de 49 ans atteinte d'un cancer de la moelle osseuse - myélome - a été traitée par injection d'une dose massive de virus modifié de la rougeole ! Et les résultats sont surprenants. Traiter des cancers grâce à des virus ? Eclairages avec le Dr Jean-François Fonteneau chargé de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) à Nantes.

Une dose massive de vaccin
Si mortelle soit-elle, la rougeole pourrait aussi être une alliée contre le cancer. A la Mayo Clinic (Minnesota), des chercheurs se sont intéressés à deux patientes atteintes d'un cancer de la moelle osseuse. Dans la mesure où elles ne répondaient plus aux traitements, les médecins leur ont injecté une seule dose de vaccin modifié de la rougeole, capable de cibler les cellules cancéreuses. Une dose massive puisque chacune était suffisante pour vacciner 10 millions de personnes. Résultat, les deux patientes ont réagi positivement à ce traitement. Les cellules cancéreuses ont été réduites. Et l'une d'elles a connu une rémission complète depuis plus de six mois.

Un virus contre les tumeurs
Combattre les cancers par des virus, une nouveauté ? "La virothérapie anti-tumorale consiste à utiliser un virus qui ne va infecter et tuer que les cellules cancéreuses, explique le Dr Jean-François Fonteneau. On va injecter de fortes quantités dans les tumeurs. On parle alors de virus oncolytique. Onco- pour cancer et -lytique, qui détruit." Pourquoi le virus de la rougeole ? "En fait, le vaccin contre la rougeole est très stable et peu toxique, continue Jean-François Fonteneau. Dans les années 1970, on s'est aperçu que des patients atteints de leucémie, qui contractaient la rougeole, guérissaient. L'idée était née que des virus pouvaient combattre certains cancers. Cependant, il a fallu attendre les années 2000 pour que l'ingénierie génétique permette de développer cette approche."
La "virothérapie anti tumorale", comment ça marche ? Dans ce travail, le virus atténué de la rougeole a été utilisé comme agent anti-cancéreux. Les chercheurs américains se sont aperçus que cette souche infectait et tuait les cellules tumorales de nombreux types de cancers (mésothéliome, mélanome, cancer du colon, cancer du poumon, cancer de l'ovaire, myélome multiple...). Si ce virus n'attaque que les cellules tumorales, c'est parce qu'il utilise comme porte d'entrée un récepteur (la molécule CD46) présent en très grande quantité sur ces cellules. "En plus, d'infecter et de tuer les cellules tumorales, le virus stimule une réponse immunitaire anti-tumorale chez le patient qui peut participer à l'efficacité de cette approche thérapeutique", poursuit le Dr Fonteneau.

La France en pointe
En fait, la technique utilisée par les médecins américains n'est pas exclusive. Et si le Dr Jean-François Fonteneau connaît bien le sujet, c'est qu'en France, des recherches similaires ont lieu. Membre de l'équipe du Dr Marc Grégoire, de l'Institut de recherche en santé de l'Université de Nantes, il travaille sur la même problématique en collaboration avec l'équipe du Dr Frédéric Tangy de l'Institut Pasteur de Paris, qui prépare le virus. Cette équipe recherche d'ailleurs activement les financements nécessaires afin de pouvoir développer un essai clinique pour proposer cette approche contre  le cancer de la plèvre.

Sources : Interview du Dr Jean-François Fonteneau, 16 mai 2014. Mayo Clinic, 13 mai 2014.

(Destination santé ©)

Mot-clef : Cancer

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR