Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Vaccination : ne pas baisser la garde

Actualités santé

Vaccination : ne pas baisser la garde

[ Publié le 29 avril 2014 ]

Certains Français craignent de se faire vacciner. Un phénomène qui serait générationnel et qui pourrait s'avérer dangereux, selon les professionnels de santé.

img-actu-2014-avril-vaccination_2014-04-29_15-06-51_611

Pour le Dr Daniel Lévy-Bruhl, épidémiologiste à l'Institut de veille sanitaire (InVS), "la vaccination a permis de faire disparaître de l'hexagone des maladies infectieuses comme la diphtérie et la poliomyélite. Du coup ces affections sont moins visibles et les avantages de la vaccination moins perceptibles !"

Des maladies qui ne font plus peur
En France, mais également dans d'autres pays développés, les populations estiment, à tort, qu'il n'est plus nécessaire de se faire vacciner contre certaines maladies comme le tétanos, la diphtérie et la poliomyélite, devenues un lointain souvenir. "Autant d'affections qui faisaient peur à nos mères et nos grands-mères, explique le Dr Lévy-Bruhl. Aujourd'hui, grâce à la vaccination, elles ne constituent plus une menace en France." Par ailleurs, il tient à indiquer que certaines d'entre elles sont toujours présentes à l'échelle de la planète. "C'est le cas de la poliomyélite qui a fait sa réapparition en Syrie. Ce qui prouve bien que dès que l'on relâche la garde, ces affections reviennent", insiste le spécialiste.

Un problème de confiance
Les doutes concernant la vaccination seraient-ils une histoire de génération ? "Oui, les jeunes parents d'aujourd'hui n'ont plus dans leur entourage des gens paralysés par la polio ou d'enfants décédés de la diphtérie. Ils ont l'impression que la vaccination ne s'impose plus comme une évidence", indique le Dr Lévy-Bruhl. La relative désaffection des Français pour les nouveaux vaccins s'expliquerait par le manque de confiance. "Concernant les anciens, il y a suffisamment eu de générations vaccinées pour que la population ait confiance et n'aient pas l'impression d'être considérée comme des cobayes. A l'inverse, tout nouveau produit inquiète. A cause soi-disant du manque de recul et de possibles effets secondaires qui n'auraient pas été anticipés au cours des essais cliniques. Au niveau individuel, une mère par exemple qui s'est faite vacciner, aura plus de facilité à faire administrer à son nourrisson tel ou tel vaccin qu'elle connaît plutôt qu'un autre qu'elle n'a pas expérimenté", note le spécialiste.

Source : Interviews de Daniel Lévy-Bruhl, Institut de veille sanitaire, 15 avril 2014.

(Destination santé ©)

Mot-clef : Vaccin

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER