Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Une plante chinoise contre la polyarthrite rhumatoïde

Actualités santé

Une plante chinoise contre la polyarthrite rhumatoïde

[ Publié le 17 avril 2014 ]

La polyarthrite rhumatoïde se manifeste notamment par des douleurs au niveau des articulations. Une récente étude montre que la plante Tripterygium wilfordii Hook.f. utilisée dans la pharmacopée chinoise, serait efficace contre les effets de cette maladie.

img-actu-avril-plante-chinoise-polyarthrite-rhumatoide-psm

Une plante utilisée en médecine traditionnelle chinoise pourrait remplacer ou renforcer l'action du méthotrexate, indiqué notamment dans la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde. Cette association atténuerait les symptômes de la maladie tels que les douleurs et l'inflammation des articulations.

Plante chinoise contre médicament
"Tripterygium wilfordii Hook F." Cette plante, plus simplement appelée TwHF, est utilisée en médecine traditionnelle chinoise dans la prise en charge des douleurs articulaires. A l'image de celles de la polyarthrite rhumatoïde. Une équipe sino-américaine a comparé l'efficacité de ce traitement à celle du méhtotrexate dans cette indication. Parmi 207 patients souffrant de cette pathologie, trois groupes ont été constitués, tous suivis pendant 6 mois. Les participants du premier ont reçu 12,5 g de méthotrexate par semaine. Ceux du second ont été traités uniquement avec 20 mg de TwHF. Quant au dernier, il a bénéficié d'une combinaison des deux substances.

Les symptômes de la polyarthrite atténués
Pour évaluer la réponse au traitement, les auteurs se sont basés sur une mesure établie par l'American college of rheumatology. D'après ce dernier, un traitement s'avère efficace lorsqu'il a soulagé de moitié les symptômes des malades. Résultat, les membres du groupe TwHF ont été plus nombreux (55 %) à voir leurs symptômes sensiblement atténués, par rapport à ceux du groupe méthotrexate (46,5 %). Le meilleur résultat se situe toutefois parmi les participants du dernier groupe. Ceux-ci sont parvenus à 77 % de réduction des symptômes grâce à la combinaison thérapeutique. Certes, "24 semaines représentent un temps trop court pour évaluer la progression de la maladie", relèvent prudemment les auteurs. Et "les doses de méthotrexate étaient, dans l'étude, inférieures à celles habituellement administrées aux patients." Toutefois, "le TwHF pourrait être proposé à ceux qui ne répondent pas au méthotrexate", concluent-ils.

Source : British medical journal (BMJ), 14 avril 2014.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER