Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Verrues : mieux vaut consulter avant de traiter

Actualités santé

Verrues : mieux vaut consulter avant de traiter

[ Publié le 2 février 2014 ]

Petites, grosses, plantaires, vulgaires... Les variétés de verrues sont nombreuses. Alors avant de les traiter seul, mieux vaut consulter un médecin ou un dermatologue. Ils poseront le bon diagnostic et vous proposeront un traitement adapté. Car l'azote liquide n'est pas la seule solution. Au même titre qu'il y a plusieurs sortes de verrues, il existe de multiples remèdes.

img-actu-janvier-verrues-consulter-avant-traiter-psm

Vous aimeriez vous débarrasser d'une affreuse verrue plantaire ? Vous pensez avoir des petites verrues sur le visage ? Assurez-vous d'abord qu'il ne s'agit pas d'une autre lésion. Seul un médecin pourra confirmer le diagnostic. Ensuite seulement, un traitement pourra être envisagé à domicile ou chez le dermatologue.

Etablir le bon diagnostic
"Tout ce qui pousse sur votre peau n'est pas forcément une verrue, explique le Dr Corinne Jouanique, dermatologue à Paris. Il peut s'agir d'une lésion bénigne mais aussi d'un mélanome". Dans tous les cas, pour s'assurer d'un diagnostic bien établi, il est nécessaire de consulter votre médecin traitant ou un dermatologue. "C'est essentiel, car s'il s'agit bien d'une verrue plane ou vulgaire, parfaitement bénigne, un traitement sera envisagé", poursuit le médecin.

Prévenir pour mieux guérir
Toutes les verrues doivent être traitées du fait de leur caractère contagieux. "Même si certaines peuvent disparaître d'elles-mêmes. Il faut adapter le traitement à l'aspect de la verrue", souligne le Dr Jouanique. Les verrues vulgaires ou planes, les plus fréquentes, sont des affections sans gravité dues à une contamination de la peau par un virus de la famille des papillomavirus.

Les verrues se développent souvent sur les mains, la plante des pieds ou encore le visage. Pour prévenir leur apparition, il est recommandé de porter des claquettes à la piscine. Il est aussi conseillé de nettoyer à l'eau de javel la douche ou la baignoire, si d'autres membres de la famille souffrent de verrues. En effet, "les virus HPV apprécient tout particulièrement les environnements chauds et humides", précise la dermatologue.

Une action ciblée
Selon l'emplacement de la verrue et sa taille, le médecin vous proposera un traitement adapté. "De nombreux patients pensent que l'azote liquide est le plus approprié. En réalité, de récentes études ont démontré qu'un traitement kératolytique appliqué par le patient lui-même se révèle aussi efficace que l'azote", indique le Dr Jouanique.

Composé d'acide salicylique ou d'acide lactique, les traitements kératolytiques (sous forme de pommade ou de crèmes) ramollissent la couche cornée de l'épiderme et favorisent l'élimination de la verrue. A condition d'avoir la patience d'appliquer le traitement régulièrement pendant un ou deux mois. "Leur utilisation est d'autant plus efficace sur certaines zones, où la peau est plus épaisse, comme les talons. Là, l'azote liquide a plus de mal à agir", poursuit le médecin.

Sur les verrues décapées, l'azote liquide à -196°C, est utilisé par les dermatologues dans le but de congeler la zone traitée. La verrue ainsi brûlée par le froid, finit par tomber. Quant au laser, "il doit être réservé aux verrues résistantes à toute autre prise en charge", conclut Corinne Jouanique.

Source : interview du Dr Corinne Jouanique, dermatologue au centre Sabouraud de l'hôpital Saint-Louis, Paris, 29 janvier 2014.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER