Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Reproduction : c'est l'endomètre qui choisit

Actualités santé

Reproduction : c'est l'endomètre qui choisit

[ Publié le 14 février 2014 ]

Des scientifiques ont montré comment l'endomètre, la muqueuse qui tapisse l'utérus, participerait à la sélection des embryons qui donnent lieu à une grossesse.

img-actu-fevrier-2014-reproduction

A l'image d'un douanier près de sa barrière, l'endomètre déciderait de laisser passer ou non de tel ou tel embryon dans l'utérus ! C'est la piste suivie par des médecins britanniques de l'Université de Warwick. D'après leurs travaux, cette muqueuse qui tapisse l'intérieur de la cavité utérine sélectionnerait ainsi les embryons.

Critères de choix de l'embryon
Le professeur Jan Brosens et son équipe ont mis en lumière la manière dont l'endomètre analyse chaque embryon candidat à l'implantation et décide de son futur. "Les embryons de bonne qualité secrètent une substance, la trypsine, qui encourage l'endomètre à accepter l'implantation embryonnaire", expliquent les auteurs. A l'inverse, les embryons de mauvaise qualité en produisent en faible quantité. Dans certains cas d'infertilité, "un endomètre mal préparé opposera un test d'entrée trop rigoureux ou trop laxiste aux embryons candidats", poursuivent-ils. Résultat, les chances de mener une grossesse à son terme sont nettement réduites.

Dialogue chimique complexe
"Il est admis que le point de fragilité de la fécondation in vitro (Fiv), en termes de succès, reste l'étape de l'implantation qui est toujours mal connue. Pour ce que l'on sait aujourd'hui, l'implantation d'un embryon dans l'endomètre est le résultat d'un dialogue chimique complexe qui fait intervenir notamment des facteurs de croissance. D'autres molécules telles que la trypsine sont sans doute impliquées", confirme le Dr Miguel Jean, de l'hôpital mère-enfant biologie et médecine de la reproduction du CHU de Nantes. "Ce travail montre que l'optimisation du fonctionnement de l'endomètre est sans doute la seule manière efficace de prévenir l'infertilité et les complications en cours de grossesse", conclut le Pr Siobhan Quenby, co-auteur de l'étude britannique.

Sources : Johns Hopkins University, 5 février 2014. Interview du Dr Miguel Jean, de l'hôpital mère-enfant biologie et médecine de la reproduction du CHU de Nantes, 5 février 2014.

(Destination santé ©)

Mot-clef : Grossesse

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER