Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Monoxyde de carbone : des détecteurs pas assez fiables

Actualités santé

Monoxyde de carbone : des détecteurs pas assez fiables

[ Publié le 23 janvier 2014 ]

La Commission de sécurité des consommateurs a testé des détecteurs de monoxyde de carbone vendus en France. Elle juge la fiabilité de certains d'entre eux insuffisante.

img-actu-janvier-2014-monoxyde

Dans son dernier avis, la Commission de sécurité des consommateurs (CSC) alerte "sur la fiabilité trop souvent insuffisante des détecteurs autonomes avertisseurs de monoxyde de carbone (Daaco)". D'où l'importance de respecter les mesures de prévention.

Risque d'intoxication mortelle
Invisible, inodore, non irritant mais dangereux... Avec une centaine de décès chaque année en France, le monoxyde de carbone (CO) est la première cause de mortalité accidentelle par intoxication. Sa propagation résulte du mauvais fonctionnement d'un appareil à combustion utilisant du bois, du charbon, du gaz, de l'essence ou encore du fioul. Récemment apparus sur le marché, les Daaco sont censés émettre une alarme sonore lorsqu'ils détectent un niveau dangereux de CO émanant d'une cheminée à foyer ouvert, d'un poêle à bois, de certaines chaudières... La CSC a testé onze détecteurs. Résultats, quatre n'apportent aucune sécurité réelle aux utilisateurs, les alarmes se déclenchant parfois de façon aléatoire. Elle demande donc aux pouvoirs publics "d'intensifier leurs contrôles et de veiller au retrait des appareils dangereux qui peuvent malgré tout être porteurs du marquage CE. En effet celui-ci ne garantit pas l'aptitude de ces appareils à détecter la présence de CO."

Faites entretenir vos appareils de combustion
Pour la CSC, les détecteurs devraient être soumis au règlement européen des produits de construction et bénéficier de la norme NF EN50291. Elle souhaite également que cette dernière fasse l'objet d'une révision, notamment sur les délais et les seuils avant déclenchement de l'alarme, qui paraissent aujourd'hui trop élevés. Par ailleurs, le fait de s'équiper d'un détecteur ne suffit pas à éviter les intoxications. La prévention passe avant tout par l'entretien et la vérification du bon fonctionnement des appareils de combustion, des conduits de cheminée et des ventilations.

Source : CSC, 22 janvier 2014.

(Destination santé ©)

>

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER