Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Ados et jeux vidéo : les précautions à prendre

Actualités santé

Ados et jeux vidéo : les précautions à prendre

[ Publié le 2 janvier 2014 ]

Ils font fureur au pied du sapin, en ces temps de fêtes. Et pourtant, les jeux vidéo suscitent souvent l'inquiétude des parents car ils sont généralement très violents. Cependant, cette distraction permet aux adolescents d'évacuer la pression quotidienne. En prenant quelques précautions, il n'y a pas de raison de s'inquiéter et de les priver de cet excellent exutoire !

img-actu-sante-jeux-videos-ados-020114-psm

Call of duty ®, Assassin's creed ®, Grand Theft Auto V ®... Vous connaissez probablement ces jeux vidéo ou, tout du moins, leur nom, surtout si vous avez un ado à la maison. Comme beaucoup de parents, vous n'appréciez peut-être pas leur contenu particulièrement violent. Pourquoi votre enfant prend-il autant de plaisir à y jouer ? Faut-il vraiment vous en inquiéter ?

Evacuer la pression du quotidien
Difficile d'imaginer votre collégien en chauffard ou en snipper. Pourtant, quand il se retrouve devant sa console, il se transforme en tueur méticuleux capable d'éliminer un nombre impressionnant de cibles en lançant des cris de victoire rageurs. Mieux, il pourrait y passer des heures.

Comment l'expliquer ? "Les ados prennent plaisir à être les acteurs virtuels de cette violence car elle leur permet de se défouler et d'évacuer leurs tensions", souligne le Dr Abdou Belkacem, psychiatre addictologue. "L'adolescence est une période pleine de bouleversements, d'empêchements. Et les jeunes peuvent ressentir des pulsions tout à fait normales qu'il leur faut canaliser et extérioriser sans transgresser les interdits", ajoute le psychiatre. 

Même si le débat est relancé après chaque nouveau fait divers tragique, aucune étude n'a jamais établi de lien de cause à effet entre la violence virtuelle et le passage à l'acte. "La majorité des adolescents savent très bien faire la distinction entre le réel et l'imaginaire", insiste le Dr Belkacem.

Maintenir un lien social
Des risques d'agressivité ou de dépendance existent bel et bien, mais pour les personnalités fragiles. Les jeux vidéo ne font alors que révéler des problèmes psychologiques déjà existants. Si votre enfant passe beaucoup de temps devant sa console mais que cette activité ne l'empêche pas de voir ses amis ou de partager les repas en famille, vous n'avez pas à vous inquiéter. Dans le cas contraire, cherchez à savoir pourquoi il éprouve ce besoin d'isolement.

Quelques précautions à prendre
Quoiqu'il en soit, même s'il passe un temps raisonnable sur sa console, intéressez-vous au contenu des jeux. Parlez-en avec lui sans porter de jugement. L'essentiel est de ne pas rompre le dialogue. Il doit se sentir libre de vous dire quand il a peur ou quand il est choqué. En effet, même à 12-13 ans, les jeunes restent encore très impressionnables.

Regardez aussi sur le boîtier la tranche d'âge à laquelle est destiné le jeu, les pictogrammes précisant si l'on y retrouve du langage grossier, des allusions au sexe... Ces informations relevant de la classification PEGI (pan european game information) sont très utiles.

Enfin, pour éviter les disputes inutiles : prévenez-le en amont de la durée de jeu qui lui est dévolue. S'il démarre une partie à 14h, dites-lui "à 16h je t'attends pour sortir en ville". A lui ensuite d'organiser son temps en fonction. Il ne pourra plus vous reprocher de l'interrompre à quelques minutes de la fin d'un parcours.

Source : Interview du docteur Abdou Belkacem, psychiatre addictologue au centre hospitalier des Quatre Villes (Sèvres), le 20 décembre 2013.

(Destination santé ©)

>

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER