Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Boire trop d'eau, une véritable maladie

Actualités santé

Boire trop d'eau, une véritable maladie

[ Publié le 5 décembre 2013 ]

La potomanie est une maladie du même type que la boulimie. Elle se traduit par un besoin irrépressible de boire de l'eau à l'excès.

img-actu-dec-boire-trop-eau

Vous buvez de l'eau de manière excessive ? Vous souffrez de potomanie, une vraie maladie qui d'ailleurs n'est pas dénuée de risque. En réalité, elle correspond à une pulsion orale, comme l'anorexie ou la boulimie.

Un risque de troubles neurologiques
Bien que nous soyons constitués à 80 % d'eau, une consommation trop importante peut occasionner un dérèglement physiologique. Certains malades vont jusqu'à boire dix litres ou plus par jour. La dose quotidienne moyenne répondant aux besoins d'une personne est d'environ deux litres. A partir de dix litres, une hydratation trop importante aboutit à une diminution de la quantité de sel dans le sang. Ceci peut générer un oedème dans le cerveau s'associant à l'apparition de troubles neurologiques parfois très sévères. Au point dans certains cas, d'entraîner la mort, car l'organisme n'est pas capable d'assimiler une telle quantité de liquide.

Traiter la potomanie
La potomanie est souvent le produit d'une angoisse. Le malade ressent le besoin de combler un manque affectif. Pour le traiter, un psychiatre ou un psychologue spécialisé peut mettre en oeuvre une approche progressive. Ainsi, il lui donnera un certain nombre de bouteilles d'eau pour une période donnée. Puis, progressivement, il diminuera leur nombre, en le récompensant s'il parvient à s'en contenter.

Sources : Interview de Catherine Héry, psychologue clinicienne au CHU de Nantes, 22 juillet 2013. Vulgaris medical, consulté le 31 juillet 2013.

(Destination santé ©)

>

Mot-clef : Psychologie

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus